Actualisé 18.12.2013 à 20:13

Ski alpin

Zurbriggen espère mais continue de gamberger

A Val Gardena cette semaine, le Valaisan retrouve la piste de son succès, celle de sa plus grave blessure aussi.

de
Jean-Philippe Pressl-Wenger, Val Gardena
Le Valaisan a changé de matériel ce printemps en espérant un déclic.

Le Valaisan a changé de matériel ce printemps en espérant un déclic.

Les descendeurs adorent l'adrénaline que leur sport leur procure. Tous s'élancent sur les pistes glacées de Coupe du monde pour vivre la vitesse, de haut en bas, pour se battre contre la montagne et le chronomètre. Pourtant, quand on est un skieur dans la situation de Silvan Zurbriggen, on a avant tout envie de remonter la pente.

Troisième, hier, du premier entraînement en vue de la descente de samedi, le skieur de Brig retrouve peu à peu le sourire. «Même si je ne veux pas m'enflammer, cette performance me rappelle que je sais aussi skier vite», détaille-t-il. Cette prise de conscience n'allait d'ailleurs pas de soi. Après trois départs en Amérique du Nord cet hiver, Zurbriggen a compilé autant de résultats au-delà de la 40e place. De quoi faire douter n'importe quel athlète.

S'il a déjà connu les joies de la victoire sur la Saslong en 2010, le Valaisan garde aussi en tête des images douloureuses de sa première rencontre avec l'épreuve de Haute-Adige. En décembre 2007, il avait lourdement chuté sur le saut des «Bosses de chameau», et s'était déchire les ligaments croisés du genou gauche. «J'ai toujours une sorte de boule au ventre au moment d'arriver sur ce tronçon, souffle le médaillé de bronze des JO de Vancouver en combiné. Le souvenir est encore là. A la reconnaissance, je ne m'y attarde jamais.» S'il pouvait y passer très vite samedi en course, il en serait le premier satisfait.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!