Ligue des champions: Zurich doit désormais se faire plaisir
Actualisé

Ligue des championsZurich doit désormais se faire plaisir

Blackboulé à Marseille (6-1), le FC Zurich n'a plus rien à espérer sur la scène européenne cette saison. Si ce n'est de prendre le plus de plaisir possible face aux monstres du ballon rond que sont le Real Madrid et l'AC Milan.

«Débarrassé» de ses velléités paralysantes d'obtention d'une place parmi les trois premiers, le champion de Suisse sera dorénavant libre dans sa tête.

«Dans l'imminence de l'abattoir, on ne spécule plus beaucoup sur les choses de son avenir, on ne pense guère qu'à aimer les jours qui vous restent puisque c'est le seul moyen d'oublier son corps un peu», écrivait Céline dans «Voyage au bout de la nuit». «Nous allons essayer de profiter au maximum de nos deux dernières rencontres», semble acquiescer Bernard Challandes.

A 180 minutes de la fin de sa première expérience en Ligue des champions, Zurich peut d'ores et déjà dresser un bilan intermédiaire. Et, plombé par la déception à chaud d'une défaite fleuve au Vélodrome, l'inventaire n'a rien de très positif. «Notre victoire à Milan a modifié notre approche des matches, reconnaît Alexandre Alphonse, buteur éphémère et amer. Nous nous sommes mis la pression. Aujourd'hui, j'ai le sentiment que nous sommes passés à côté de quelque chose, surtout au cours de cette double confrontation avec l'OM. Nous ne devons jamais perdre le match aller !»

Une catalepsie qui, à Marseille, a sauté aux yeux dès les premières secondes de jeu. «Oui, nous étions crispés, car nous savions que ça allait arriver de partout et que le public allait pousser, détaille Alphonse. Mais nous devons répondre présents dans ces moments-là...»

(si)

Ton opinion