Actualisé 10.07.2006 à 08:26

Zurich: majorité bourgeoise sauvée

Il n'y a pas eu de révolution rouge-verte dimanche dans le canton de Zurich. Aidé par l'UDC, le PRD a réussi à conserver son deuxième siège au Conseil d'Etat et ainsi à sauver la majorité bourgeoise. Le parti national en ressort réconforté.

Sa candidate Ursula Gut a battu la présidente du Parti écologiste suisse Ruth Genner, sur un score étonnamment net Mme Gut a obtenu 122 190 voix (57,3 %), contre 90 864 (42,7 ). Mme Genner est toutefois sortie victorieuse dans les grandes villes de Winterthour et de Zurich.

La nouvelle conseillère d'Etat zurichoise est une femme de l'économie, qui occupe aujourd'hui, à 52 ans, une fonction de cadre chez Swiss Life. Mais en politique, son curriculum se réduisait jusqu'ici à une carrière sur le plan communal: Mme Gut préside depuis huit ans la commune de Küsnacht, sur la côte dorée.

C'est pourquoi sa rivale, beaucoup plus connue, avait de réelles chances si non de la battre, du moins de la menacer sérieusement. Ce d'autant plus que l'image du PRD zurichois avait été égratignée dans l'affaire de sa ministre Dorothée Fierz, poussée vers la sortie après avoir organisé ou toléré la divulgation de documents confidentiels aux médias.

Le coude-à-coude attendu n'a pas eu lieu, au grand étonnement des deux candidates. Ruth Genner a estimé que le faible taux de participation - un petit 28 % - avait joué en sa défaveur.

Deuxième échec pour Ruth Genner

C'est la deuxième fois que la conseillère nationale rate son entrée au gouvernement zurichois. En 2005, lors d'une précédente élection partielle, elle avait échoué face à un candidat UDC et un candidat PDC - Hans Hollenstein - qui avait conquis le siège grâce au soutien des socialistes. Cette fois, Ruth Genner avait l'appui du PS zurichois, tandis que sa concurrente était soutenue par l'UDC.

Les partis du canton s'accordent pour dire que l'alliance PRD- UDC a fonctionné, et que l'électorat de droite s'est davantage mobilisé que celui de gauche. «Le souverain a compris qu'il s'agissait d'une élection déterminante pour les partis bourgeois», a déclaré Ursula Gut.

«Absolument surprenant»

Le PRD zurichois n'a pas été le seul à pousser un «ouf» de soulagement. «Nous sommes très contents de ce résultat absolument surprenant», a indiqué à l'ats le président du Parti radical suisse, Fulvio Pelli. Et de préciser: «nous ne nous attendions pas forcément à gagner».

Pour le Tessinois, ce «signal au niveau national fait du bien à un parti qui et plutôt habitué à perdre». Selon lui toutefois, il en faudra d'autres».

M. Pelli a confirmé qu'au sein du PRD, les regards étaient tournés avec anxiété vers le plus grand canton de Suisse. «De nombreuses sections cantonales m'ont appelé après l'élection pour exprimer leur satisfaction». A son avis, le succès radical est dû à une «alliance bourgeoise plus large» que celle du PRD-UDC.

L'alliance rouge-verte, victorieuse ces derniers mois dans les cantons de Berne, Genève et Neuchâtel, n'a pas poursuivi sur sa lancée, comme d'aucuns le pronostiquaient. Le gouvernement zurichois n'a pas basculé à gauche.

Il reste pour l'heure composé de 2 PRD, 1 UDC, 1 PDC, 2 PS et une Verte libérale (dissidente). Prochain rendez-vous au printemps 2007: le Conseil d'Etat sera alors entièrement renouvelé, et le PRD aura à repourvoir son autre siège, celui de Ruedi Jeker qui se retire. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!