Ligue des champions: Zurich s'attend à un combat physique
Actualisé

Ligue des championsZurich s'attend à un combat physique

Le FC Zurich n'aborde pas le 3e tour qualificatif de la Ligue des champions face aux belges du Standard de Liège dans les meilleures conditions.

Tancés par leurs dirigeants, les joueurs du FC Zurich n'abordent pas dans les meilleures conditions leur match aller du 3e tour qualificatif de la Ligue des champions face au Standard de Liège, mercredi en Belgique. Une réaction s'impose après la défaite 3-2 contre Servette en Championnat samedi.

Le directeur sportif du FCZ Fredy Bickel a fustigé «l'incroyable arrogance et l'autosatisfaction» de ses joueurs après qu'ils ont encaissé 3 buts dans les 20 dernières au Letzigrund face aux Servettiens.

Dans le «Blick», le président Ancillo Canepa a laissé libre cours à sa colère, estimant que «les footballeurs étaient complètement déconnectés de la réalité». Il les considère en substance comme des enfants gâtés, tandis que les footballeuses comme celles de l'équipe du Japon donnent selon lui l'exemple tout en gagnant infiniment moins.

Après deux défaites en deux matches de Championnat, l'entraîneur Urs Fischer attend de son équipe qu'elle se rebelle en Belgique. «Chaque joueur devra tout donner dès la première seconde», exige-t-il. Il ne veut plus voir ce genre de relâchements qui ont coûté cher à Sion (défaite 1-0) et contre Servette. Le coach est allé observer à deux reprises le vainqueur de la Coupe de Belgique. Il s'attend à ce que le Standard mise sur sa puissance.

Zurich ne devra pas hésiter à répondre d'entrée au défi physique que lui lancera le Standard, poussé par 30'000 supporters, résume Urs Fischer. Le onze de départ n'a pas été dévoilé, mais il est probable que le Français Mathieu Béda reprenne sa place au centre de la défense zurichoise, dépassée par les événements contre Servette. Xavier Margairaz n'est pas sûr d'être aligné. Urs Fischer ne le juge pas en très bonne forme.

Tout n'est pas rose non plus du côté liégeois. Le club dix fois champion de Belgique n'a pas cessé d'engager de nouveaux joueurs ces derniers jours, comme Karim Belhocine, Ignacio Gonzales ou Yoni Buyens. D'autres sont sur le départ, comme Steven Defour, pilier de l'équipe, ou le buteur Mémé Tchité.

L'enjeu financier est important. Une prime de 2,5 millions d'euros (près de 3 millions de francs) est versée par l'UEFA aux équipes qualifiées pour les play-off, le dernier tour qualificatif de la Ligue des champions auquel le FCZ accédera en cas de succès. Après le mauvais résultat financier de la saison dernière, le vice-champion de Suisse a besoin de cette manne. (ats)

Ton opinion