Zurich traque les futurs hooligans
Actualisé

Zurich traque les futurs hooligans

ZURICH – La ville de Zurich veut aller plus loin que la Confédération dans son arsenal antihooligans.

La ville de Zurich veut créer une banque de données qui recense non seulement les supporters violents, mais aussi ceux qui sont susceptibles de l'être. La banque de données nationale «HOOGAN» est opérationnelle depuis le 1er mars à Bâle, à Berne, à Genève et à Zurich. «Elle contient seulement des informations sur les supporters qui ont déjà commis des actes de violence et ont été frappés de mesures spéciales contre le hooliganisme», a déploré hier la municipalité de Zurich. Or selon elle, pour une prévention efficace, il est aussi nécessaire de répertorier les supporters qui «recherchent la violence». Pour les autorités zurichoises, «ce sont des fans qui restent dans des endroits où ont lieu des actes violents lors des manifestations sportives, qui représentent une menace pour des personnes ou des biens et qui ne respectent pas les ordres de la police». La municipalité de Zurich propose donc la création de la banque de données «HOOLDAT». Cette dernière comprend des directives précises élaborées en collaboration avec le préposé à la protection des données de la ville. Le parlement aura le dernier mot. A Berne, le Conseil fédéral a présenté hier son projet pour que l'arsenal de mesures contre le hooliganisme perdure après l'Euro 2008 de football et les championnats du monde de hockey sur glace de 2009. Les cantons devront se mettre d'accord pour harmoniser la pratique. Si tout capote faute d'entente, la Constitution fédérale sera modifiée.

(mme/ats)

Ton opinion