22.09.2020 à 19:53

Votations 27 septembreZurich vote sur des axes pour vélos et son stade de foot

Les électeurs devront se prononcer dimanche sur un réseau d’axes cyclistes interdits aux voitures mais aussi sur le plan d’aménagement du futur stade de football.

La gauche majoritaire fait bloc derrière son initiative «Itinéraires cyclistes sûrs pour Zurich», soutenue aussi par les Vert’libéraux. 

La gauche majoritaire fait bloc derrière son initiative «Itinéraires cyclistes sûrs pour Zurich», soutenue aussi par les Vert’libéraux.

KEYSTONE

Un réseau d’axes cyclistes interdits aux voitures, riverains exceptés: ce projet est soumis en votation le 27 septembre à Zurich. Les citoyens de la ville se penchent aussi une nouvelle fois sur leur principal serpent de mer, le futur stade de football. Ils se prononcent sur son plan d’aménagement.

Les votants ont approuvé en novembre 2018 le principe de la construction d’un nouveau stade de football sur le site du Hardturm par 53,8%. Ils votaient alors sur la cession à un prix préférentiel de 55’000 m2 à des investisseurs privés dont Credit Suisse pour y bâtir une arène de 18’500 places, des logements abordables et deux tours habitables de plus haut standing.

Un an plus tard, les opposants au projet ont saisi le référendum contre le plan d’aménagement du projet. La communauté d’intérêts «Freiräume Zürich West» dénonce principalement la disparition des jardins urbains installés sur la friche de l’ancien stade, la perte d’espaces de liberté en ville et la construction de deux tours «surdimensionnées» de 137 mètres.

Espaces libres ou logements

La droite et les Vert’libéraux se trouvent dans le camp du «oui». Partis dominants à Zurich, PS et Verts sont partagés, comme il y a deux ans. Un comité de gauche regroupant plusieurs grandes figures, dont le président des Verts suisses Balthasar Glättli, soutient toutefois le projet.

Il salue la réalisation de 174 logements de coopérative et le fait que le stade sera financé par le secteur privé. Le marché conclu avec Credit Suisse prévoit en outre la mise à disposition de bâtiments en ville pour y réaliser 125 appartements bon marché supplémentaires.

Le nouveau stade du Hardturm est en discussion depuis la fin des années 1990. En 2003, une arène de 30’000 places, fruit d’un partenariat public-privé avec Crédit Suisse, avait été approuvée en votation. Le projet a finalement été abandonné en raison d’oppositions administratives persistantes liées notamment à la hauteur du stade. En 2013, un projet au financement purement public a été rejeté de justesse par les citoyens.

50km d’axes cyclistes rapides

Si elle est divisée sur le stade, la gauche majoritaire fait bloc, en revanche, derrière son initiative «Itinéraires cyclistes sûrs pour Zurich», soutenue aussi par les Vert’libéraux. L’exécutif et le législatif de la ville l’approuvent également.

Le texte exige l’aménagement, dans les dix prochaines années, d’axes rapides réservés aux cyclistes. Leur réseau de 50 km relierait les quartiers au centre-ville. Il emprunterait des rues secondaires préexistantes. Le trafic motorisé y serait banni, à l’exception de celui des riverains et des artisans. Les vélos y auraient la priorité dans les croisements. Le réseau comprendrait aussi des axes plus périphériques.

Le bannissement du trafic automobile et la suppression de places de parc pour aménager les nouveaux itinéraires rapides n’enchantent pas la droite minoritaire. Le PLR et L’UDC dénoncent la multiplication d’obstacles imposés au trafic motorisé et le fait que ces axes pourraient représenter un danger pour les piétons.

En plus de rues et pistes cyclables

Née en raison de l’importante hausse du nombre de cyclistes en ville et des accidents qui les impliquent, l’initiative complète les projets de la municipalité. Celle-ci prévoit d’installer de larges pistes cyclables. Elle entend aussi multiplier les rues cyclables, où les vélos ont la priorité sur les voitures. Après un projet-pilote mené dans plusieurs villes, la Confédération tarde toutefois à donner son feu vert définitif.

L’initiative entend combler le retard que Zurich accuse en matière d’infrastructures pour les cyclistes sur des villes européennes comme Copenhague ou Amsterdam. Elle prend aussi exemple sur les améliorations réalisées à Berne.

En Suisse romande, Genève fait preuve d’ouverture au trafic des cyclistes en marge de la crise du coronavirus. Dans plusieurs rues, des pistes ont été fermées aux voitures pour favoriser l’utilisation des vélos en ville. Le canton s’est réjoui récemment de l’augmentation de 22% de l’usage de la bicyclette par rapport à l’an dernier.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!