Poker en ligne sur Facebook: Zynga bannit les joueurs qui gagnent trop
Actualisé

Poker en ligne sur FacebookZynga bannit les joueurs qui gagnent trop

Sous prétexte de lutte contre le piratage et la tricherie, l'éditeur règne en maître partial sur son tapis virtuel.

par
laf

«On m'a volé 2 milliards!». «Sam Uel» ne digère pas. Après plus de 140 000 parties, il s'est fait exclure de Texas HoldEm Poker, l'un des jeux les plus populaires et les plus lucratifs sur Facebook.

Ce n'est pas la somme perdue, l'équivalent de 10 000 fr., qui l'indigne, mais les raisons invoquées par son éditeur Zynga: tricherie et piratage. «C'est faux! Je n'en serais même pas capable», se défend «Sam Uel». Ce dernier a tenté en vain de se faire réintégrer en présentant les preuves de sa bonne foi à des interlocuteurs de Zynga.

Le joueur n'est de loin pas le seul à se plaindre du jeu de poker. «A partir de 100 millions de jetons, soit Zynga vous les confisque, soit il vous accuse d'avoir violé ses conditions générales d'utilisation», accuse un internaute sur Scampond, un site de dénonciation des arnaques.

«Zynga n'intervient pas tant que vous n'avez pas plus de 1 million de jetons, explique un autre. Après, c'est une autre histoire!».

Interrogé, l'éditeur n'a pas souhaité répondre sur le nombre de joueurs qu'il bannit quotidiennement de son jeu. Il n'a pas non plus réagi sur son manque de transparence, ni sur les accusations à son encontre d'utiliser abusivement la lutte contre le piratage et les robots joueurs pour justifier les exclusions de joueurs honnêtes.

«Nous nous efforçons d'offrir à nos joueurs un espace sécurisé au mieux de nos capacités», se contente de déclarer l'éditeur californien.

Ton opinion