Mondial 2014

07 juillet 2014 21:11; Act: 07.07.2014 21:25 Print

Ce garçon régale son pays avec ses caviars

par Marc Fragnière, Belo Horizonte - Toni Kroos disputera mardi son 50e match avec la Mannschaft. Sans faire de bruit, il en est devenu l’un des rouages essentiels.

storybild

Le milieu de terrain aurait signé au Real Madrid. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

En cinq rencontres au Brésil, le joueur du Bayern Munich s’est affiché comme le dépositaire du jeu allemand. Avec 84,4% de passes réussies, l’ancien junior du Hansa Rostock est la plaque tournante du onze de Joachim Löw. Le régisseur fait preuve d’une redoutable efficacité. Surnommé «Garçon» par les médias brésiliens en raison de la qualité de ses services, Toni Kroos est déjà crédité de trois passes décisives depuis le début du tournoi. Sa dernière a renvoyé, vendredi, la France à la maison ­(1-0).

L’amour que porte cet esthète au ballon l’oblige à en user avec soin. Au nombre, pléthorique, de ses courses s’ajoute ainsi une qualité de passes cinq étoiles. Lecture du jeu, rapidité de décision, choix opportuns et précision diabolique garnissent le riche plateau de ce demi offensif de 24 ans. Et à ce florilège de rigueur s’ajoute une discipline peu commune pour le poste de milieu relayeur. Ainsi le No 18 de la Mannschaft affiche un bilan de premier de classe avec seulement trois fautes sifflées à son encontre depuis le début du tournoi. Car dans la bataille de l’entre-jeu, l’athlète ne s’encombre pas de mauvais coups. Marathonien hors pair (56,6 km parcourus), il avale les espaces autant qu’il aimante les ballons. Doté d’une puissance de frappe impressionnante, il n’a curieusement pas encore ouvert son compteur buts. Les Auriverde feraient bien de se méfier de cette anomalie.

D’autant plus que l’homme ne manque pas d’ambitions : «Il reste encore deux marches», a-t-il ainsi proclamé en prélude de la demi- finale opposant l’Allemagne au Brésil. «On a toujours eu la conviction qu’on était là pour ça», a-t-il encore ajouté, en référence au quatrième titre planétaire visé par la Mannschaft. Le pays hôte est averti.

Scolari va devoir remodeler le Brésil

Dimanche, le dernier entraînement du Brésil n’a pas permis de dégager de certitudes concernant le remplacement de Neymar. Selon les médias locaux, le sélectionneur Scolari a essayé divers schémas. Willian et Bernard ont tour à tour fait leur apparition dans l’équipe type. Mais le coach devrait accorder sa préférence à la formation alignée en début de séance. Un onze dans lequel ne figuraient ni le joueur de Chelsea ni celui du Shakhtar Donetsk. «Felipão» se départirait du coup de son 4-2-3-1 habituel et opterait pour un 4-3-1-2, avec Hulk et Fred, Oscar assurant la régie. Postés derrière le meneur, Luiz Gustavo, Fernandinho et Paulinho auraient pour mission de briser les élans allemands. Thiago Silva, lui, sera bel et bien suspendu. L’appel brésilien a été repoussé.

Plus de CM 2014