Mondial 2014

14 juillet 2014 10:00; Act: 14.07.2014 11:31 Print

Quelque chose de l'ordre du tournant historique

La riche Europe - riche même si ses capitaux proviennent de plus en plus souvent d'Asie - est en train de confisquer le football à sa rivale sud-américaine.

Voir le diaporama en grand »
1954. 1974. 1990. 2014! L'Allemagne est championne du monde, s'exclamait le site web du Spiegel après le quatrième Mondial remporté dimanche par la Nationalmannschaft, alors que le buteur Mario Götze était fêté en héros par les médias. «Cette fois, tu es là, enfin!», titrait Bild sur son site web, en affichant une photo géante du trophée de la Coupe du monde «Götze, Dieu du football», lançait le quotidien le plus lu d'Allemagne. «Merci, Jogi (Löw)! Merci les garçons! Vous nous avez rendus infiniment heureux». L'Allemagne a remporté son quatrième titre de champion du monde... ...le premier depuis la réunification du pays en 1990, en battant l'Argentine... ... de Lionel Messi 1-0 en prolongation en finale, dimanche à Rio de Janeiro. L'équipe de Joachim Löw s'est imposée grâce à Mario Götze (113), remplaçant de luxe, qui offre à l'Europe un premier sacre sur le continent américain. La Nationalmannschaft, qui succède à l'Espagne au palmarès, décroche sa quatrième étoile (1954, 1974, 1990) et met fin à une disette de titres longue de dix-huit ans, depuis l'Euro-1996. Entré à la 88e de jeu à la place de Klose, le «super-sub» (super remplaçant) du Bayern Munich... ... a contrôlé de la poitrine un centre de Schürrle, avant de tromper Romero de près d'une superbe reprise de volée. Favoris pour leur huitième finale de Coupe du monde (record), les Allemands ont empêché Lionel Messi d'offrir à l'Argentine le troisième titre mondial qu'elle attend depuis le sacre de Maradona en 1986 (3-2) face à la RFA. Il s'agit de la dernière victoire de l'Albiceleste en Coupe du monde sur l'Allemagne, sa «bête noire», qui l'a battue ensuite en finale du Mondial-1990 puis en quart lors des Mondiaux 2006 (1-1, 4 t-a-b à 2) et 2010 (4-0). Dimanche, l'Allemagne a subi un coup dur avec le forfait de dernière minute de Khedira, remplacé par le jeune Kramer (23 ans, 5e sélection), pour le seul changement par rapport au onze qui a étrillé le Brésil (7-1) en demi-finale. Comble de malchance, le milieu du Borussia Mönchengladbach a dû sortir à la demi-heure de jeu (31), pas entièrement remis après un coup d'épaule de Garay. Son remplaçant, Schürrle, s'est montré menaçant en cadrant ses frappes (37, 43, 91), repoussées par Romero, et en délivrant un centre parfait pour le buteur.

Sur ce sujet
Une faute?

Jamais auparavant l'Europe n'avait remporté trois Coupes du monde d'affilée (elle mène désormais 11-9 sur 20 titres décernés). Il s'en est même fallu de peu - quelques tirs au but - pour que l'on assiste au Maracanã à la troisième finale 100% européenne consécutive, après l'Italie - France de 2006 et l'Espagne - Pays-Bas de 2010. Un trust qui ne s'est produit qu'une seule fois dans l'autre sens, lors de la... première édition en 1930 (Uruguay - Argentine).

On est alors en droit de se demander ce qu'il subsiste vraiment de l'éternelle rivalité entre le Vieux Monde et une Amérique du Sud qui semble de moins en moins apte à lutter au fur et à mesure que se creuse le fossé entre les championnats de part et d'autre de l'Atlantique.

Avec le temps, à travers les décennies, les meilleurs joueurs latinos, brésiliens et argentins surtout, ont pris l'habitude de venir gratifier les championnats européens de leur talent, moyennant de beaux chèques et une renommée mondiale. Un phénomène accentué depuis le milieu des années 90 et l'arrêt Bosman, qui a fait sauter le contingentement des joueurs étrangers dans les clubs.

Formules alambiquées

Alors oui, les Sud-Américains ont dans un premier temps profité de ce droit à la transhumance pour s'aguerrir dans les compétitions les plus relevées de la planète. Mais, corollaire évident et lourd de conséquences, ils ont provoqué une importante baisse de niveau de leurs championnats nationaux respectifs, déjà en proie à de très graves difficultés, le plus souvent liées aux finances, à la corruption et à la violence. Difficile dans un tel contexte de pouvoir maintenir une formation digne de ce nom et de ne pas concéder de retard sur les centres ultra-modernes du Vieux Monde.

Regarder un match de la ligue brésilienne, au format alambiqué, revient presque à effectuer un voyage dans le temps: un rythme haché, un jeu souvent à l'arrêt, des équipes systématiquement scindées en deux avec un bloc de molosses derrière et les tricoteurs devant.

Et que dire du championnat argentin? Après avoir perdu deux de leurs plus beaux fleurons, Independiente et River Plate, relégués en 2e division, les autorités ont décidé d'élargir la ligue à... 30 équipes dès 2015, et de maintenir le système de championnat d'ouverture et de clôture, rendant illisible les classements. Pas idéal, dans un cas comme dans l'autre, pour rendre la compétition attractive, et donc attirer des sponsors, et donc augmenter les moyens des clubs, etc.

4 et 3...

A une époque, Brésiliens, Argentins et Uruguayens étaient sacrés champions du monde avec une immense majorité de joueurs évoluant au pays. Le fossé financier - et donc footballistique - qui s'est creusé entre l'Amérique du Sud et l'Europe ne le permet plus. Cette année, la Seleção n'a retenu que quatre «indigènes» et l'Albiceleste trois...

En 2018, en Russie, cela fera seize ans que le trophée boude les pays du CONMEBOL. Une si longue disette n'était arrivée qu'une seule fois auparavant, entre les deux titres de l'Uruguay (1930 - 1950), mais la Seconde Guerre Mondiale était passée par là...

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Daniel le 14.07.2014 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On n'a pas vu les même matchs......

    Mais qu'est-ce que vous racontez comme âneries, vous avez déjà vu des matchs de championnat brésilien ? Ces matchs là sont intéressants, les joueurs se donnent, jouent vite, quand il y a une faute l'arbitre trace tout de suite l'endroit du ballon et la ligne du mur sans que personne ne contesté la faute et ils jouent rapidement pour ne pas perdre de temps. Je les ai même vu jouer alors que le terrain était devenu piscine tant il pleuvait, personne ne se plaignait, alors parlez de ce que vous connaissez, merci. En Europe les joueurs font du cinéma contestent sans arrêt et j'en passe.

  • COSTA RICA le 14.07.2014 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    FAUDRAIT SAVOIR

    Sacré journalistes héhé, durant tout le tournoi on parle de "mini copa américa" tant les équipes sud américaines se sont démarquées et boum, voila que l'Europe "confisque le foot"... Faudrait savoir!

  • Matthieu le 14.07.2014 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est faux

    c'est pas arrivé qu'en 1930 la finale entièrement sud-américaine, en 1950 aussi

Les derniers commentaires

  • Daniel le 15.07.2014 12:43 Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre!!

    Pour la première fois le Brésil n'avait quasi pas de joueurs de leur championnat mais quasi tout les européens. Chaque fois qu'il ont gagné une coupe léquipe était assez équilibré tandis que la vraiment pas!

  • Leo um brasileiro le 15.07.2014 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A Daniel

    Excuse moi mais je voi que tu aime le Brasil , mais pour le foot tu ne connais rien du tout . je supporte l equipe de Palmeiras de l etat de Sao paulo depuis 15ans ,Filipaon l a entrainee et la fait descendre en 2em division. En simple tout le foot bresilien est a revoir.meme leur salaire sont payes avec 3 a 4 mois de retard = motivation ? Le Brasil est le porteur d eau de l Europe mais c est bientot fini Fini les Rivelino, zico , Romario , Ronaldo , Ronaldinho de Gaucho , ect ect fini , le reservoir est percer , il faut le reparer depuis le fond

  • COSTA RICA le 14.07.2014 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    FAUDRAIT SAVOIR

    Sacré journalistes héhé, durant tout le tournoi on parle de "mini copa américa" tant les équipes sud américaines se sont démarquées et boum, voila que l'Europe "confisque le foot"... Faudrait savoir!

  • Ezequiel Rozenbaum le 14.07.2014 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Bariloche

    Higuain, Palacios, seul devant le gardien et Messi se perdieron tres goles increibles et la Mannschaft en profita avec Gotze percutant un talent d'avenir

  • Thierry Roland le 14.07.2014 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Europe vs AmSud

    En même temps pour l'Europe elle a perdue l'Angleterre, l'Italie, le Portugal et l'Espagne dès le premier tour (6 coupes du monde quand même) pendant que l'Amerique du Sud ou centrale qualifiaient le Mexique, le Costa Rica, la Colombie, l'Uruguay confirmait sa demi-finale précédente... Et je ne pense pas que ces pays aient une majorités de joueurs "européens" (surtout pour le Costa Rica et le Mexique), comme les USA d'ailleurs, qualifiés avec beaucoup de joueurs "indigènes".... Alors oui l'Europe domine le foot mais dans une coupe tout peut arriver quand même... Même une claque pour le Brésil

Plus de CM 2014