Mondial 2014

12 juillet 2014 11:32; Act: 12.07.2014 11:47 Print

Les bookmakers voient une courte victoire allemande

La Mannschaft qui bat l'Argentine 1-0 avec un but de Thomas Müller: c'est le pronostic des bookmakers pour la finale de la Coupe du monde qui promet d'exploser tous les records en matière de paris.

storybild

Deux plongeurs ont joué la finale en avance dans le plus grand oceanarium d'Asie, à Manille aux Philippines. La Coupe monde a été remportée par... (Photo: Keystone/AP/Bullit Marquez)

Une faute?

Pour les principales enseignes ayant pignon sur rue en Grande-Bretagne, l'affaire ne fait pas de pli: William Hill, Paddy Power, Ladbrokes et Coral proposent tous une victoire finale de l'Allemagne avec une cote de 1,6, alors qu'un triomphe argentin rapporte 2,2 fois la mise.

Pour l'écrasante majorité des parieurs de Sa Majesté, il ne s'agit pas d'un choix du coeur. La Mannschaft est un rival historique qu'on aime détester en Grande-Bretagne et la guerre des Malouines n'a rien fait pour booster la popularité de l'équipe albiceleste.

«Sur ce coup-là, les gens parient vraiment avec la tête plutôt qu'avec le coeur», souligne Joe Crilly, représentant de William Hill, le leader sur les marchés des bookmakers.

Le 7-1 qui change tout

Et le triomphe allemand en demi-finales contre le Brésil sur le score surréaliste de 7 buts à 1, alors que l'Argentine ne s'est qualifiée qu'aux tirs au but après un nul vierge face au Pays-bas, a marqué les esprits. «Cela a définitivement fait basculer la balance en faveur de l'Allemagne», constate Crilly.

Ainsi, dès le lendemain des demi-finales, 75% des parieurs ont misé sur l'Allemagne, 20% sur l'Argentine et 5% sur un nul. «Et les 4-0, 5-0 et même 6-0 sont devenus plutôt populaires alors que d'habitude, sur ce genre de matches, ce sont des scores qu'on a tendance à ignorer», note-t-on chez William Hill.

Un nouveau 7-1 allemand est cette fois encore fixé à 500 contre 1, la cote maximale.

Le score qui tient la corde, à 11 contre 2, est bien plus banal: 1 à 0, comme en 1990 lorsque l'Allemagne avait battu l'Argentine en finale et comme en 2010 quand l'Espagne s'était imposée sur le même score face aux Pays-Bas.

Au coude-à-coude

Avec un zeste d'audace supplémentaire, on peut miser sur une victoire 3-1 de l'Allemagne qui offre un rendement nettement plus intéressant (20 fois la mise). C'est du coup le pari le plus populaire.

En ce qui concerne les joueurs, l'attaquant allemand Thomas Müller et le demi-dieu argentin Lionel Messi sont au coude-à-coude lorsqu'il s'agit de savoir qui va marquer le premier but de la finale.

Avec cinq réalisations, le premier reste aussi bien placé pour finir meilleur buteur du tournoi avec ou devant le Colombien James Rodriguez (6 buts). La cote est plus importante pour Messi qui en est actuellement à quatre buts.

Mais l'Argentin est en pole position pour terminer meilleur joueur du tournoi, coté à 11 contre 8 chez Ladbrokes.

But de la main refusà à Messi

Parmi les paris plus loufoques, William Hill offre cinquante fois la mise au visionnaire qui aura parié sur un but de la main refusé à Messi.

Quelque soit l'issue de la finale, les bookmakers ont, eux, déjà gagné. Car la Coupe du monde au Brésil a fait exploser tous les records en franchissant la barre du 1 milliard de livres (1,25 M EUR) engagés en paris, selon les estimations.

«Au début du tournoi, on avait tablé sur 17 millions de paris placés pour un total de 200 millions de livres rien que chez nous. Ces deux estimations ont été dépassées avant même les deux derniers matches (en comptant la »petite finale« samedi soir) et cela malgré l'élimination précoce de l'Angleterre», note Joe Crilly.

Clash des titans

Pour la finale, Ladbrokes estime que les parieurs vont lâcher jusqu'à 40 millions de livres et «battre ainsi le précédent record sur un match qui remonte à la finale de la Ligue des champions 2012 entre Chelsea et le Bayern Munich».

«Le clash des titans dimanche va crever le plafond», souligne Jessica Bridge de Ladbrokes qui est, elle aussi, catégorique: «même si les deux équipes sont de vieux ennemis de l'Angleterre, les parieurs misent sur l'Allemagne pour détruire leur deuxième adversaire sud-américain en une semaine».

(afp)

Plus de CM 2014