Témoignages

05 décembre 2018 07:00; Act: 07.12.2018 09:56 Print

«Après chaque rupture, je suis retournée chez eux»

Habiter de nouveau avec ses parents après avoir quitté le domicile familial? Certains de nos lecteurs l’ont vécu et ils racontent.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

A l’inverse des Tanguy qui s’accrochent au nid, les enfants «boomerangs» ont un jour pris leur envol avant de rebrousser chemin pour finalement reposer leurs valises chez leurs parents. Les raisons? Elles sont multiples et, surtout, peu liées à une envie de se la «couler douce» à nouveau (voir encadré).

La majorité des témoignages de nos lecteurs va aussi dans ce sens. Même si certains, comme Chantal (25 ans), ont d’abord été éblouis. «Au début, c’était cool, ma maman me faisait la lessive, à dîner, etc. Mais très vite, je me suis rendu compte qu’elle était trop sur moi. Je n’avais plus de vie privée. Progressivement, je me suis adaptée. Il y a des avantages comme des inconvénients», admet la Fribourgeoise. Pour la Vaudoise d’Echichens Anne-So (32 ans), le retour chez ses parents à 22 ans a été la conséquence d’une rupture amoureuse douloureuse. «Je ne me sentais pas de vivre seule de suite. Je suis restée chez mes parents environ deux ans et demi. J’avais besoin de ma famille pour traverser ce moment difficile et ils ont su être présents», admet-elle, reconnaissante.

Même son de cloche pour Marie (36 ans), retournée chez ses parents après chaque rupture amoureuse, «le temps de me retourner ou de concrétiser un autre projet». D’autres n’auront pas eu ce choix, comme la Broyarde Valérie (40 ans). «Le jour où je suis partie, à 18 ans, ma mère a été claire: «Tu pars et tu ne reviens plus», m’a-t-elle lancé.»

(cam)