Histoires de lecteurs

24 mars 2020 10:47; Act: 25.03.2020 07:08 Print

«J'aurais souhaité un trou de souris pour m'y cacher»

À l'instar d'une écrivaine britannique qui a récemment publié sur Twitter un récit personnel rocambolesque dans le but de distraire les internautes en raison du coronavirus, plusieurs de nos lecteurs ont accepté de faire pareil!

storybild

Dans un moment de (grande) honte, un trou de souris semble une solution toute trouvée...

Sur ce sujet
Une faute?

Sur Twitter, Anbara Salam a choisi de raconter une anecdote un peu folle survenue durant des vacances passées en Allemagne. En résumé, la jeune femme qui voulait profiter d'un moment de détente au spa de son hôtel a confondu la porte du sauna avec une sortie de secours. Elle s'est alors retrouvée coincée dehors, avec seulement un petit linge pour se couvrir....

À la suite d'un appel lancé à nos lecteurs, plusieurs nous ont fait parvenir une anecdote personnelle, dans un but similaire. Un tout grand merci à eux!

Suzi, Le Sentier (VD): «À plat ventre, le pantalon sur les chevilles»

«Seule femme en voiture avec mon frère et deux amis, nous nous rendons au festival du Chant du Gros. Nous nous arrêtons pour un «arrêt pipi». Au milieu d'une gravière se trouve une cabine de WC chimique. Ouf, me dis-je... mais impossible de faire ma petite affaire. Sur le point de me rhabiller, mon frère s'appuie contre la cabine qui a alors vacillé et c'est là que je me retrouve à plat ventre, le pantalon sur les chevilles...»

M., Onex: «Je me suis relevée aussi dignement que possible»

«Je devais avoir environ 18 ans. Ma mère m'avait invitée à manger dans un restaurant relativement classe. En plein été, je portais une jupe évasée en coton léger et un petit haut genre boléro. Le restaurant était plein. Je m’assois sur la chaise, le serveur vient prendre la commande et, prête à me détendre, je me relâche et m'appuie contre le dossier de la chaise. Je n'ai rien vu venir, mais en une fraction de seconde, le dossier a littéralement cédé et j'ai basculé en arrière. Devant une salle bondée, je me suis retrouvée les quatre fers en l'air, la jupe relevée sur mon visage, ma culotte au vu et au su de tout un chacun... et mon postérieur itou... L'effarement, la honte, je me suis relevée aussi dignement que possible pendant que le serveur m'amenait une nouvelle chaise et se confondait en excuses. J'aurais souhaité un trou de souris pour m'y cacher.»

Rolex49, Fully: «Mauvaise surprise à l'arrivée»

«Nous sommes partis en vacances en camping-car, nous avons pris le bateau à Anvers en Belgique, puis nous avons navigué durant onze jours pour finalement arriver à Halifax au Canada. Alors que nous voulions récupérer notre camping-car... pas de camping-car! Il était resté au Port d'Anvers, pour des questions administratives.»

Nico, Morges: «Je vous raconte pas ma honte!»

«Il m'est arrivé une histoire un peu similaire. Après un accident de travail, je me suis retrouvé en rééducation à la SUVA à Sion. Ne pouvant pas dormir sur place, l'institut m'a placé dans un hôtel de Sion. Un soir, les voisins de chambre étaient particulièrement bruyants alors que je dormais, je suis sorti de la chambre pour leurs demander de baisser le son et malheureusement la porte de la chambre s'est refermée derrière moi... Pour le coup, je me suis retrouvé en caleçons dans les couloirs de l'hôtel, après plusieurs longues minutes d'attente sous le regard des clients à la réception, une jeune demoiselle m'accompagne à ma chambre pour m'ouvrir ma porte, je vous raconte pas ma honte!»

Claude, Vevey: «Un sens de l'observation aiguisé»

«C'est l'histoire d'un restaurateur dont le restaurant est fermé à cause du Covid-19 et qui pour s'en sortir fait des menus à 10 fr. à emporter. Et qui se fait livrer la viande. Le livreur lui dit très sérieusement, c'est calme chez vous. Je l'ai félicité pour son sens de l'observation!»


Avez-vous également envie de nous raconter une histoire rocambolesque pour changer les idées des internautes? Utilisez notre formulaire!


(cam)