Anecdotes de nos lecteurs

02 août 2019 11:11; Act: 02.08.2019 11:13 Print

«Sur une plage naturiste, devant ma supérieur»

Nos lecteurs nous racontent une situation drôle, embarrassante ou carrément irritante vécue en vacances!

Une faute?

SLBH, Lausanne, 38 ans

«Après un long voyage, j'ai été invitée à souper dans un petit agachadito, sorte de stand de rue. Ne connaissant encore rien à la cuisine équatorienne et mon niveau d'espagnol laissant à désirer à ce moment-là, je me suis laissée convaincre par ce qu'on m'a présenté comme une soupe de poulet appelée sopa de patita. Résultat: j'ai reçu un bol de bouillon surmonté de pattes de poulet! Et mon hôte, voyant ma surprise, me demande encore si je vais les manger...»

Ben, Genève, 18 ans

«L'autre jour, ma grand-mère de 76 ans m'a conduit de Vissoie à Sierre, avec des plaques genevoises. Comme elle roulait trop lentement pour un Valaisan, il nous a fait une queue de poisson... Il est ensuite descendu de sa voiture et a gueulé 'Si t'es venue ici pour faire ch., il te faut rester chez toi!'»

JD, Lausanne, 28 ans

«Au Cap D'Agde, je me suis retrouvé sur une plage naturiste, devant ma supérieur. Pour moi, c'était sympa :) Pour elle, un peu moins ;)»

Anonyme, Montreux, 60 ans

«Voir une magnifique Russe se promener seins nus dans les boutiques des hôtels à Hurghada, en Égypte... c'était en 1994, une autre époque!»

Flo, 48 ans

«En Égypte, en février 2012, ça a toqué à la porte. Mon mari étant parti courir, je pensais que c'était lui qui revenait et qu'il n'avait pas pris la clef du bungalow! Sortie du lit, à poil, surprise, c'était l'homme de ménage!!!»

L., Champéry

«A New York, il y a beaucoup de gens qui comprennent le français. il faut donc éviter de dire des phrases comme 'Elle pourrait bouger son c... celle là', si on ne veut pas se voir adresser un regard foudroyant...»

Pascale, Onex, 55 ans

«En été 1980 j'étais en Allemagne afin de perfectionner mon allemand. Avec un groupe d'ados allemands, nous sommes allés camper et décider qui dormait avec qui. En traduisant littéralement « je dors avec toi » (ich schlafe mit dir), j'ai fait éclater de rire l'assemblée mais je ne comprenais pas pourquoi. J'ai finalement compris que je proposais tout simplement à un jeune garçon de coucher avec lui! J'aurais dû dire « ich schlafe neben dir », soit: je dors à côté de toi!»

Y.A., Fribourg, 37 ans

«J'ai été invité à manger dans une famille marocaine. A mon arrivée, toutes les femmes m'ont fait la bise. Dès qu'on s'est retrouvé entre hommes, je me suis fait remonter les bretelles. Quand je leur ai fait remarquer que c'est elles qui avaient entrepris de me faire la bise, j'ai senti un gros malaise. Ils m ont juste répondu qu'elles n' auraient pas dû. Finalement elles avaient fait ça pour les faire mousser. Ça a fini en rigolade.»

(cam)