Série «tatouages de lecteurs»

29 novembre 2018 14:27; Act: 29.11.2018 14:32 Print

«Une étape dans mon parcours de guérison»

Fabrice, 42 ans, domicilié en France voisine, s'est fait tatouer un motif végétal représentant l'apaisement dans son parcours marqué par une addiction.

storybild

«Ce tatouage végétal me rappelle que tout peut être beau, mais qu'il faut savoir entretenir cette beauté». explique Fabrice.

Une faute?

«Lorsque j’étais jeune adulte, j’avais ce qu’on appelle l’alcool festif. J’aimais boire en soirées, pour le plaisir de partager un verre et ce que cela me procurait. Or, petit à petit et sans que j’en prenne réellement conscience, je me suis mis à consommer de l’alcool quotidiennement, si bien qu’à la trentaine, c’est devenu une vraie addiction. C’est là que j’ai commencé à avoir des problèmes tant physiques (hépatique alcoolique) que psychologiques, je ne reconnaissais plus vraiment ma personnalité. A cette période, j’ai effectué quelques séjours aux urgences.

Il y a environ deux ans, un médecin, qui a su trouver les mots justes, m’a conseillé de voir un addictologue et c’est ce que j’ai fait. Je me suis alors rendu en cure pendant un mois, avant de suivre une post-cure pendant deux autres mois dans un lieu différent. Mon dernier verre remonte à la veille de mon entrée dans le premier établissement. Depuis, je n’y ai plus touché.

Comme j’aime beaucoup les tatouages, j’ai choisi de me faire graver la phrase «n’oublie jamais qui tu es» quand j’étais en post-cure. Puis, pour marquer ma première année d’abstinence, j’en ai voulu un plus grand, plus visible. Il représente une étape importance dans mon parcours de guérison.

Le côté végétal – roses, fleurs de cerisiers japonais et fougères - me rappelle que tout peut être beau, mais qu’il faut savoir entretenir cette beauté. Il me fait prendre conscience que je suis vivant et que la vie vaut la peine d’être vécue. Il représente aussi une forme d’apaisement. Même si, avec mon parcours, je sais aussi que le combat n’est pas encore terminé.»

(cam)