Sondage - coronavirus

07 février 2020 14:04; Act: 07.02.2020 14:05 Print

Rester en Suisse cet été? Une option envisageable

Devant la propagation de l'épidémie du coronavirus et des incertitudes qui lui sont liées, nos lecteurs se sombrent pas dans la psychose. Ils font toutefois preuve de prudence.

storybild
Une faute?

Alors que le bilan du coronavirus -parti de la région de Wuhan- s'alourdit jour après jour, les mesures sanitaires drastiques se multiplient, en Chine ainsi que dans d'autres pays. Mais impossible de prédire de quelle façon évoluera la situation lors des prochains mois. De quoi inquiéter nos lecteurs? La plus grande partie d'eux (32%) assurent qu'ils ne sont «pas vraiment inquiet», et même «pas du tout». Seul un lecteur sur 10 se dit «très inquiet» (selon notre sondage en ligne auprès de 5268 internautes, entre le 3 et le 7 février). Quant à l'évolution de la situation, nos lecteurs sont assez partagés: 43% penchent sur une disparition progressive du virus, tandis que 37% sont, au contraire, d'avis qu'il va s'étendre dans le monde entier. Pour 16% des sondés, le virus restera principalement confiné en Chine.

Des mains lavées plus souvent

A quel point le coronavirus a-t-il modifié les comportements et/ou habitudes de notre lectorat? Jusqu'à ce jour, près des trois quarts des sondés (72%) assurent n'avoir rien changé à leur quotidien. 17% l'ont «à peine» fait. Tout au plus, ils se lavent plus fréquemment les mains. Celles et ceux qui évitent au maximum les lieux bondés comme les transports publics représentent le 5% du panel interrogé.

Des vacances d'été en Suisse?

Si nos lecteurs se sentent en relative sécurité en Suisse, ils admettent que le coronavirus impacte leurs (futurs) déplacements à l'étranger. Ainsi, un tiers d'entre eux ne compte voyager que s'il n'a pas le choix durant ces prochains mois. Et plus d'un sur deux (54%) s'imagine très bien passer ses vacances d'été en Suisse si la situation ne s'améliore pas d'ici là. 28% sont dans l'incertitude sur cette question, mais préfèrent attendre avant de réserver leurs vacances.

Enfin, nos lecteurs se rejoignent sur un point: les médias, et plus encore les réseaux sociaux, contribuent à une certaine psychose autour du coronavirus. 64% estiment que les articles sont souvent trop orientés et suscitent la peur. Ils sont même 68% à penser qu'il y a clairement beaucoup de désinformation sur Facebook, Twitter &Co.

(cam)