Paid Post

18.10.2019 Print

Paid Post

La magie du za’atar, du cumin et du tahini

Grâce à ces quelques astuces, tu pourras mettre un peu d’Orient dans tes assiettes.

Marocaine, turque, libanaise, israélienne ou encore iranienne: la cuisine orientale plaît dans nos contrées.. Cela s’explique en partie par sa richesse en épices et en herbes aromatiques. Un exemple: le tahini. Cette pâte à base de graines de sésame broyées, de yoghourt et de citron est préparée en un tournemain et accompagne à merveille les légumes. Elle se marie aussi bien avec le traditionnel chou-fleur au four, assaisonné au za’atar (voir recette). Le tahini est aussi utilisé pour donner du goût au hoummous ou au babaganoush. Mais attention au dosage, car son acidité peut vite prendre le pas sur les autres arômes.

Les habitant du Moyen Orient sont aussi friands de «Batata harra», des patates bien piquantes. Pour les préparer, il faut faire griller des dés de pomme de terre, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés, et tu les assaisonnes avec du piment, de l’ail, de la coriandre et du jus de citron. Facile et tellement délicieux. Si tu apprécies le goût du cumin, qui rappelle l’anis et le citron, tu peux l’utiliser pour les tomates ou les aubergines farcies. Si commence par griller le cumin à la poêle à l’avance, ses arômes seront encore plus puissants. Dans la cuisine orientale, on trouve aussi le cumin dans les falafel, le couscous et d’autres plats mijotés.

Le za’atar utilisé pour assaisonner le chou-fleur est souvent simplement posé sur la table, avec de l'huile d'olive, afin qu’on y trempe son pain. En plus du thym sauvage qui lui donne son nom, le za’atar contient également du sumac. En raison de son goût aigre-fruité, ce dernier est souvent utilisé dans les salades. Le célèbre fatouche, par exemple, ne serait pas un vrai fatouche sans sumac. Dans la cuisine marocaine, le ras el hanout est incontournable. Le mélange, dont le nom se traduit par «le chef de la boutique», comprend plus d'une douzaine d'ingrédients, dont de la coriandre, du curcuma, de la muscade, de l’anis, du piment, de la cannelle et de la cardamome. Tu connais probablement les deux derniers pour les avoir utilisés en pâtisserie, mais il faut absolument les essayer pour assaisonner la volaille. Les brochettes de poulet marinées au yaourt, à l'ail, à la cardamome et à la cannelle, par exemple, sont un vrai délice.



Recette: Chou-fleur au za'atar au four