Tendances

11 janvier 2019 06:15; Act: 30.04.2019 16:15 Print

Que mangera-t-on cette année?

par Romain Wanner - Prédictions de ce qui se trouvera dans vos assiettes et vos cuisines tout au long de l’année 2019.

storybild

2019 sera définitivement une année placée sous le signe du végétal. (Photo: iStock)

Une faute?

L’anticipation des tendances alimentaires à venir est une nécessité pour rester à la page. En voici quelques-unes qui devraient se poursuivre ou voir le jour en 2019.

■ Plus  sain Depuis les années 1970 et le manifeste de la «nouvelle cuisine», la nourriture saine a pris son envol. Cette année encore, il semble que l’on veuille manger «mieux». Selon le «New York Times», on devrait même courir après les divers aliments qui mettent en joie notre flore intestinale.

■ Fermenté Toujours dans la mouvance saine, les aliments fermentés (kombucha, kéfir, pickles, etc.) seront encore davantage présents dans nos assiettes. Le succès rencontré par le livre «Le guide de la fermentation du Noma», dont nous vous avions déjà parlé («20 minutes» du 30 novembre 2018), témoigne en tous les cas de l’intérêt croissant pour ces techniques.

■ Pain  au  levain Voici un produit issu d’une lactofermentation qui revient en force. Réputé sain et avec un goût bien particulier, le levain devient populaire à nouveau, après un demi-siècle, ou presque, d’oubli, durant lequel les levures rapides avaient été privilégiées.

■ Cuisine  végétale Elle aussi va de pair avec une volonté de manger plus sainement, mais aussi plus durablement. Le nombre de mets et restaurants végétariens et végans devraient donc encore croître chez nous ces prochains mois.

■ Expérience Outre le goût des aliments, il semble que l’on appréciera toujours plus l’expérience, notamment au restaurant. Ambiance et arts de la table devraient prendre davantage de place et être valorisés.

■ Nouvelles influences Dans les plats, on devrait davantage s’inspirer des cuisines du Moyen-Orient ainsi que de l’Océanie. La cuisine australienne, notamment, ainsi que celle de la Syrie influenceront les chefs pour des plats «fusion» encore différents.