Les locaux de l'entreprise de Magdalena Martullo-Blocher ont été vandalisés, un mois après ses propos polémiques sur la grève des femmes.