Ancien pilote de la Rega, un Zurichois qui vivait la moitié de l'année sur l'archipel met tout en oeuvre pour venir en aide aux habitants locaux qui ont perdu leur logement.
Au moins cinquante morts et des milliers de sans-abris: c'est le bilan officiel établi par les autorités locales après le passage de l'ouragan Dorian aux Bahamas. Depuis sept ans, le zurichois Cedric Gitchenko vit au moins six mois par année sur l'archipel des Caraïbes. Et depuis quelques jours, il vient en aide aux victimes de l'ouragan. L'ex-pilote de la Rega multiplie les allers-retours entre Nassau, la capitale, et les régions les plus touchées du pays. «Nous allons chercher les malades et les blessés dans la zone accidentée et les amenons en lieu sûr», explique l'Alémanique. Lors du trajet aller, les équipes apportent également de l'eau potable, des aliments et des produits d'hygiène aux habitants. «Depuis dimanche derniers, nous avons pu aider plus de 100 personnes», raconte l'aviateur. Les interventions sont souvent chargées en émotions: «Quand je vois les dégâts faits par la tempête, mon coeur saigne», dit Cedric. Des milliers de litres d'eau potables ont été transportés. Depuis le début de la mission, plus de 55 tonnes d'eau potable, de nourriture et de fournitures d'urgence ont été acheminées vers les îles reculées. «Certains ont tout perdu, sauf leur sourire et leur reconnaissance», confie Cedric Gitchenko. Les interventions sont très exigeantes. «Nos avions nous permettent d'amerrir, mais les déchets éparpillés par la tempête rendent la tâche délicate», explique l'ex-pilote de la Rega. Les «Pilatus Porter» peuvent transporter huit passagers ou une tonne de matériel.
Ailleurs