Hervé Falciani

05 janvier 2016 22:59; Act: 06.01.2016 07:28 Print

«Coupable car la Suisse défend le secret bancaire»

Pour l'ancien informaticien français de la banque HSBC Suisse à Genève, condamné par contumace à 5 ans de prison par la justice suisse, il s'agit là d'«une condamnation politique».

storybild

Hervé Falciani, ancien informaticien français de la banque HSBC Suisse à Genève. (Photo: AFP/ARCHIVES)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien informaticien français de la banque HSBC Suisse à Genève, Hervé Falciani, dénonce l'opacité du système bancaire mondialisé dans une interview au quotidien régional français Sud Ouest à paraître ce mercredi. La Suisse est largement égratignée.

Pour Hervé Falciani, condamné par contumace le 28 novembre dernier à 5 ans de prison par la justice suisse pour «espionnage économique», il s'agit là d'«une condamnation politique» car, déclare-t-il, l'espionnage économique «relève des délits politiques». «Je suis coupable car la Suisse défend le secret bancaire. Mais selon les intérêts de tout le reste de la communauté, ajoute-t-il, c'est la Suisse qui est coupable en protégeant ce genre d'activité».

L'ex-employé de HSBC affirme que la maison-mère de la banque «reconnaît qu'il y a eu de grosses et graves dérives en Suisse», sa filiale ayant dû acquitter 40 millions de francs suisses d'amende. «Cette affaire a montré non seulement qu'une banque avait organisé un système massif de fraude fiscale mais aussi qu'il est permis de faire quelque chose contre ça».

«Gardes suisses»

«Pour survivre, les Suisses ont développé à très grande échelle une activité de mercenariat. Ce sont les fameux gardes suisses. Aujourd'hui, ce même principe est à l'oeuvre, mais au service des multinationales à travers la finance offshore. On pourrait dire la même chose du Luxembourg», déclare encore Hervé Falciani.

Il se dit par ailleurs «sceptique» sur l'idée d'une rémunération des indicateurs fiscaux que propose le projet de loi du ministre français des finances Michel Sapin. Selon lui, «ce qui importe, ce n'est pas tant les informations que de savoir pourquoi ces informations continuent à nous échapper». «Pourquoi était-il impossible de sortir ces informations sans encourir des poursuites de la part de la justice suisse ? Pourquoi n'y a-t-il pas de statut de lanceur d'alerte ?», s'indigne-t-il dans Sud Ouest.

L'homme à l'origine du scandale «Swissleaks» dit travailler aujourd'hui «pour une université en Argentine» et «avec des communes en Italie et en Espagne, sur la mise en place de systèmes de paiement collaboratif en euros».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • veropop le 06.01.2016 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    Contrat

    Il a signé un contrat de travail demandant le respect de la confidentialité. Et il n'a pas respecté le contrat. Et ensuite il a essayé de revendre ces informations... Il peut bien essayer de faire croire que c'était pour le bien de la communauté.... C'était tout simplement pour se faire de l'argent...

  • Jeanmich le 06.01.2016 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien triste personnage.

    Indépendamment de toutes considérations politique, le fait de voler des données, quelque qu'elles soient dans l'entreprise dans laquelle on est employé, est un vol et doit être puni.... Ce personnage a accepté d'être payé par son patron et il l'a volé. Et s'il avait un Nat soit peu d'honnêté, il serait venu à son procès pour défendre ses soit-dit convictions, mais l'attrait de l'argent et son seul objectif.

  • Le Suisse le 06.01.2016 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse est une Banque

    Le respect de la loi est primordial. Jusqu'à preuve du contraire le secret bancaire est légal et le fait de le violer est un délit. Il faut donc qu'il paye pour son vol. Rien de plus normal dans sa condamnation encore beaucoup trop laxiste.

Les derniers commentaires

  • Etat Francais Voyou le 06.01.2016 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A charge de revanche

    Voleur et Etat Français voyou. Si le gouvernement Français accepte le recel d'information faisons la même chose. Allons voler des infos dans le monde entier et Balançons tout ces hommes politiques Français, chef d'entreprise et citoyen. On verra bien qui rira le dernier (du reste ca me rappel un homme politique Français qui avait lancer une attaque massive contre les évasions fiscal et qui était le premier à le faire) Mort de rire d'avance.

  • Daniel F le 06.01.2016 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils commencent à donner l'exemple

    Que ces bouffeurs de tête de veaux regarde avant tout les magouilles de leur propre gouvernement avant de venir nous emm.... Qu'ils fassent également un peu le compte des voles et tortures commis durant des décennies et ceci partout dans le monde. Du reste ils continuent avec leur paradis fiscaux nationaux tout en disant aux autres de ne pas le faire. En gros faite se que je dis mais pas ce que je fais..... Honte à la France

  • ice man le 06.01.2016 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme toujours

    allons plus loin, il a volé des données on est d'accord et la France les a acheté on est d'accord là aussi, la loi ne dit pas que d'acheter un bien volé c'est du recel donc punissable par la loi? pour résumer la France comme d'autre pays qui on acheté cette liste sont des receleurs, pourquoi ne pas attaquer en justices ces gouvernements... mais comme toujours notre belle suisse préfère baisser son pantalon...

  • Salut le 06.01.2016 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    escroc

    pour faire-part cours: c'est un escroc qui ce veut justicier tout en étant un voleur... La Suisse devrait faire pression sur la France pour son extradition en Suisse... Quitte à stopper tout échanges d'information avec la France...

    • Pedro Tricerri le 06.01.2016 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Salut

      Il n est meme pas Suisse!!!

    • Marc le 06.01.2016 18:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pedro Tricerri

      A côté de la plaque Pedro. Si je viole une femme en Allemagne dois-je être allemand pour me faire incarcéré pour viole ? Et ben non, le pays où le crime a été commis est en droit de faire purger la peine au criminel ! Réfléchissez avant d'écrire n'importe quoi.

  • Toto le 06.01.2016 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a que le temps qui paie , patience

    Laissez le trafiquer en Argentine , ce pays n est pas la Suisse , le carceral non plus.