Netflix

20 octobre 2019 21:57; Act: 20.10.2019 21:57 Print

«The Laundromat» est sorti comme prévu

La juge chargée d'étudier la plainte en diffamation des avocats Mossack et Fonseca a estimé n'avoir pas juridiction. Elle a transmis le dossier à la Californie.

storybild

dans le film, Gary Oldman et Antonio Banderas jouent les rôles des avocats Jürgen Mossack et Ramon Fonseca. (Photo: Netflix)

Sur ce sujet
Une faute?

Le film comique de Steven Soderbergh inspiré des Panama Papers est sorti vendredi sur Netflix, comme prévu. Mardi passé, il avait fait l’objet d’une plainte par les deux avocats à l’origine du scandale financier, Jürgen Mossack et Ramon Fonseca.

Mais après une question d'autorité soulevée par Netflix, Janet Arterton, la juge du Connecticut chargée de traiter l’affaire, a estimé jeudi soir qu’elle n’avait pas juridiction pour agir, aucune des deux parties n'ayant de véritable lien avec l'État. Elle a donc transmis le dossier à un tribunal californien tout en refusant de bloquer la sortie de «The Laundromat» (la laverie automatique), ont relaté les médias américains.

Attaque «frivole» contre l'«expression créative»

Mossack et Fonseca reprochaient au film de les dépeindre comme des criminels, ce qui pourrait négativement influencer juges et jurés. La paire, qui avait permis aux riches et aux puissants du monde de mettre leur argent à l'abri dans des sociétés offshore, doit bientôt être jugée au Panama. Elle fait aussi l'objet d'une enquête aux États-Unis.

Netflix a qualifié ces arguments de «risibles» et d'«affront au principes du Premier amendement» américain, qui garantit la liberté d'expression. «Ce procès était un tour de passe-passe juridique frivole destiné à censurer l'expression créative. Le film de Steven Soderbergh raconte une histoire importante sur l'exploitation de personnes innocentes et l'utilisation abusive du système financier mondial», a ajouté le spécialiste du divertissement.

(aia)