Suisse

12 septembre 2019 09:57; Act: 12.09.2019 14:21 Print

«Une nouvelle baisse des taux serait néfaste»

L'Association suisse des banquiers déplore que la politique de taux négatifs appliquée par la Banque nationale suisse désavantage les banques suisses au niveau international.

storybild

L'Association suisse des banquiers en appelle à la Banque nationale suisse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une nouvelle baisse des taux directeurs par la Banque nationale suisse (BNS) aurait des conséquences néfastes pour la Suisse, a averti jeudi l'Association suisse des banquiers (ASB), alors que la BNS risque de devoir ajuster sa politique monétaire à celle de la BCE.

«Les taux négatifs provoquent des dégâts structurels importants pour l'économie suisse et des inconvénients pour les citoyens», a averti la faîtière qui organise ce jeudi sa journée des banquiers.

Les taux d'intérêt négatifs pratiqués par la banque centrale helvétique - dont l'objectif est de rendre les placements en francs moins attractifs et donc d'éviter un renchérissement trop important de la monnaie nationale - «désavantagent les banques suisses au niveau international», a souligné l'ASB.

Désavantage compétitif

Selon cette dernière, les établissements suisses payent chaque année plus de 2 milliards de francs sur les taux négatifs, c'est à dire pour leurs dépôts en numéraire auprès de l'institut d'émission. Cela représente environ 5% des résultats bruts des opérations d'intérêt.

L'ASB a relevé, qu'au contraire des banques suisses, leurs homologues de la zone euro et aux Etats-Unis étaient rémunérés pour leurs dépôts auprès de leur banque centrale respective, à hauteur d'environ 30 milliards cette année outre-Atlantique.

Pour la faitière, une éventuelle nouvelle baisse des taux directeurs par la BNS «renforçait encore les problèmes» auxquels sont confrontés les banques helvétiques.

Attention à la BCE

Cet avertissement intervient, alors que la Banque centrale européenne (BCE) doit dévoiler dans l'après-midi sa nouvelle politique monétaire. Les spécialistes s'attendent à ce qu'elle présente un paquet de mesures pour stimuler l'économie de la zone euro, en perte de vitesse.

La piste privilégiée vise le taux de dépôt frappant les liquidités excédentaires des banques, pour le porter de -0,40% à -0,60%, soit dès jeudi, soit en plusieurs étapes d'ici la fin de l'année. La BCE ne devrait pas toucher à son taux de refinancement, qui permet aux banques de se financer sur une semaine et campe à 0% depuis trois ans.

Dans le cas de figure où la BCE abaisserait son taux de dépôt, la BNS pourrait bien être obligée de suivre et d'abaisser à son tour son taux sur les avoirs à vue qui se trouve actuellement à -0,75%. Alors que la réunion trimestrielle de la banque centrale suisse est agendée au 19 septembre, elle pourrait agir avant cette date pour surprendre les marchés.

La banque centrale helvétique est passée pour la première fois en territoire négatif en 2014, année où la fourchette du Libor à trois mois a été ramenée entre 0,25% et -0,75%. Le taux de référence sur les avoirs à vue a quant à lui été abaissé à -0,75% en janvier 2015 suite à l'abandon du taux plancher et avec l'objectif d'éviter un renchérissement du franc. Depuis cette date, ce taux n'a pas bougé, et celui sur le Libor a été encore abaissé dans une fourchette de -0,25% à -1,25%.

Le taux Libor a été remplacé depuis la dernière réunion en juin par un taux directeur propre à l'institut d'émission à -0,75%.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • taux négatif le 12.09.2019 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel beau système

    On facture aux petits épargnants des frais de gestion élevés et souvent surfacturés. On leur propose des taux de rémunération dérisoires ...là, il n'y a pas de problème. Par contre, quand cela touche les banques on s'organise pour faire face... Mais elles pourront toujours se recapitaliser auprès des banques centrales... et si ça ne suffit pas... on réduira les effectifs pour assurer les dividendes... le petit épargnant on lui offre pas ces possibilités A la recherche perpétuelle de la croissance.... mais c'est fini les 30 glorieuses... on est déjà au max... on ne peut que consolider les acquis... peut-être en arrêtant de spéculer à outrance à bon entendeur

  • petit entrepreneur le 12.09.2019 11:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la vraie économie

    et si ces banques faisaient leur travail en finançant les petits entrepreneurs et commerçants , ils auraient pas de soucis avec les taux négatif. cela soutiendrait la vraie économie, celle du travail et pas celle des spéculateurs

  • Renato le 12.09.2019 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    HAMSTER

    Bientôt tous les sous, à la maison, sous la couette.....pour éviter les taux négatifs?

Les derniers commentaires

  • Ange 0 et démon 1 le 13.09.2019 22:22 Report dénoncer ce commentaire

    Papier pour allumer le feu

    L'argent ne vaut bientôt plus rien... même pas pour se nettoyer le derrière papier trop dur

  • Voilalasituation le 13.09.2019 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    Snifff

    Il faudra envisager la décroissance, on ne peut plus rien stimuler d'autres. La fin d'une époque, il va falloir revenir aux fondamentaux.

  • Brace Forimpact le 13.09.2019 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    Lea taux negatifs sont une abberation!

    L'or et l'argent PHYSIQUE! C'est mieux car ils conservent leur valeur dans le temps. Ils ne subissent pas l'inflation inexorable des monnaies fiat. C'est la seule vraie monnaie que l'homme utilise depuis plus de 5000 ans partout dans le monde. Meme les vieilles pieces en argent 835 seront utiles. Mais gardez aussi du cash sous la main pour vous premunir contre un systeme financier fige.

    • beatrx reitmann le 14.09.2019 21:55 Report dénoncer ce commentaire

      La BNS fait les poches aux épargnants.

      La confédération travaille actuellement sur une coordination avec d'autres pays, notamment ceux de l'UE pour supprimer le cash, ainsi, il se prémunit de gros retraits en numéraires, les petits épargnants sont tentés de retirer toutes leurs économies. Mais entre temps, la confédération est capable de promulguer une loi qui interdit les retraits qui dépassent le maximum autorisé. Ainsi, on se fait voler mais encore on se fait maitriser pour être facilement volés. Je n'ai encore vu ni entendu personne se mettre en colère.

  • Brace Forimpact le 13.09.2019 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Les banques centrales sont graves

    Les banques centrales se sont engagees dans une impasse, celle de la dette sans fin. Elles sont obligees d'injecter toujours plus de liquidite faute de quoi, le systeme financier va se figer. En fait, ils paniquent car ils ne peuvent plus retourner la situation. Remonter les taux? Les etats et les prives ne pourraient pas servir la dette et feraient defaut, entrainant une devaluation de tous les biens dont la valeur a ete gonflee artificiellement par leur politique. Cette impasse mene a l'hyperinflation et donc, a la destruction de la valeur de toutes les monnaies FIAT! On va vers un crash!

  • BENOIT Girod le 13.09.2019 13:19 Report dénoncer ce commentaire

    Ben-oit

    Les Banquiers ont tout compris depuis des années, privatisation des profits, nationalisation des pertes. Ils sont gentiment entrain de pleurnicher pour qu'à la prochaine crise l'état prenne en charge leurs pertes.