Espagne

01 octobre 2019 18:52; Act: 01.10.2019 18:57 Print

8 ans requis contre l'ex-directeur du FMI Rato

L'Espagnol Rodrigo Rato est jugé pour falsification de comptes et escroquerie lors de son passage à Bankia, que l'Etat espagnol avait sauvé in extremis à grands coups d'aide européenne.

storybild

Rodrigo Rato. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le procès Bankia, emblématique de la crise en Espagne, au cours duquel huit ans et demi de prison ont été requis contre l'ancien directeur du FMI Rodrigo Rato pour falsification de comptes et escroquerie, s'est achevé mardi à Madrid, a-t-on appris de source judiciaire.

Après plus de dix mois d'audiences, la décision devrait être connue «dans les prochains mois», a expliqué une porte-parole de l'Audience nationale. Ce haut tribunal, chargé notamment des affaires financières, doit faire la lumière sur l'entrée en Bourse entachée de fraude de la banque Bankia en 2011, sauvée in extremis de la faillite un an plus tard par une colossale aide d'Etat.

Ce sauvetage historique avait obligé l'Espagne à demander à l'Union européenne 41,3 milliards d'euros de prêts (45 milliards de francs) pour éviter l'effondrement de son secteur bancaire.

Bankia, nationalisée en urgence, en avait absorbé à elle seule plus de la moitié, plus de 22 milliards d'euros (24 milliards de francs).

Le parquet a requis huit ans et demi de prison contre Rodrigo Rato, accusé de falsification de bilan comptable et escroquerie au préjudice des investisseurs lorsqu'il dirigeait la banque de 2010 à 2012.

Le parquet a également requis des peines de prison allant de six mois à six ans pour quatorze des 32 accusés, dont quatre autres hauts dirigeants de Bankia.

Lors de son introduction en Bourse en 2011, la situation de Bankia avait été présentée comme très rentable et avait bénéficié d'une vaste campagne publicitaire, attirant 300'000 petits actionnaires qui ont ensuite perdu leur investissement.

Pour le collectif citoyen 15MpaRato, qui a initié l'une des premières plaintes ayant mené au procès, il s'agissait d'une «campagne pour piéger les épargnants».

Un an plus tard, Bankia reconnaissait avoir en fait subi l'année même de son introduction en Bourse... une perte frôlant les trois milliards d'euros (3,3 milliards de francs). Mardi, Rodrigo Rato a demandé la «relaxe». «Nous n'avons pas eu d'autre objectif que la défense des intérêts de nos actionnaires», s'est-il défendu.

Durant le procès, il avait affirmé que la Banque d'Espagne n'avait jamais adressé de mise en garde aux dirigeants alors qu'elle connaissait tout des «entrailles» de Bankia. Rodrigo Rato, directeur du Fonds monétaire international de 2004 à 2007, purge déjà une peine de quatre ans et demi pour détournement de fonds lors de son passage à Bankia. D'autres procès pour corruption et fraude fiscale l'attendent.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tito le 01.10.2019 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grand

    Intouchable c'est gens-là

  • Nicky73 le 01.10.2019 20:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste 2 mots

    Pas assez ".......

  • Mafioso le 01.10.2019 19:44 Report dénoncer ce commentaire

    Nous Sommes dans de bonnes mains

    l'ex-directeur du FMI Rato Rien que ça ? Et ça nous fait des théories sur nos finances . Mais aussi Christine Lagarde qui a présenté sa démission de directrice du FMI, mardi 16 juillet. Avant sa confirmation attendue à la tête BCE qui sera effectif le 12 septembre. Elle a été condamnée lundi 19 décembre 2016 par la Cour de justice de la République pour « négligence » dans la question de larbitrage qui avait été rendu en faveur de Bernard Tapie en 2008 pour 404 millions d'euros .

Les derniers commentaires

  • Muota spirit es stinkt wine morre le 03.10.2019 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Rien dire rien faire chut .ch

    En Suisse c est pareil s il est bien entouré, politiquement parlant, et qu il distribue la dote a ses collégues aisés pas les pôvres employés lors d un diner d au revoir, il s en sort avec du sursis ou trouve un job de rêve a la confédération !

  • Vivement la révolution. le 02.10.2019 03:40 Report dénoncer ce commentaire

    Tous pourris.

    ...et en Suisse, au SECO, ils escroquent 100 millions et reçoivent 100 jours amendes à 40 frs AVEC SURSIS !!! Donc rien. Moi, j'ai dépassé la limitation de 4 km/h (paraît-il, je n'en suis pas sûr), moins 3 de marge, j'ai reçu 120.-frs pour 1 km/h de trop. De qui se moque-t-on ? Vivement que cette société de M explose, on n'en peut plus...

  • Nicky73 le 01.10.2019 20:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste 2 mots

    Pas assez ".......

  • Tito le 01.10.2019 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grand

    Intouchable c'est gens-là

  • Mafioso le 01.10.2019 19:44 Report dénoncer ce commentaire

    Nous Sommes dans de bonnes mains

    l'ex-directeur du FMI Rato Rien que ça ? Et ça nous fait des théories sur nos finances . Mais aussi Christine Lagarde qui a présenté sa démission de directrice du FMI, mardi 16 juillet. Avant sa confirmation attendue à la tête BCE qui sera effectif le 12 septembre. Elle a été condamnée lundi 19 décembre 2016 par la Cour de justice de la République pour « négligence » dans la question de larbitrage qui avait été rendu en faveur de Bernard Tapie en 2008 pour 404 millions d'euros .

    • Suissitude le 01.10.2019 21:07 Report dénoncer ce commentaire

      @ Mafioso

      Ok, Rato, Lagarde... Pas du suisse, tout ça, on s'en fout, on n'est pas concerné.. Sinon, un avis sur : "Corruption au Seco .. Des centaines de mandats pour près de 100 millions .. Le Tribunal pénal fédéral devra se prononcer sur une affaire de corruption au Secrétariat à l'économie.." ?? Du bon suisse, ça .. On est concerné, là ?