Commerce mondial

23 août 2019 23:31; Act: 24.08.2019 17:07 Print

Malgré les feux, la Suisse s'accorde avec Bolsonaro

L'AELE, dont fait partie la Suisse, a conclu un accord de libre-échange avec le marché sud-américain. Paris menace lui de ne pas signer de traité si rien n'est fait pour l'Amazonie.

storybild

Jair Bolsonaro a annoncé la nouvelle sur Twitter. (Photo: AFP)

Une faute?

L'Association européenne de libre-échange (AELE), composée de la Suisse, de la Norvège, de l'Islande et du Liechtenstein, et le marché commun du sud de l'Amérique du Sud Mercosur ont conclu un accord de libre-échange, a indiqué vendredi le Département fédéral de l'économie (DFER). Les négociations duraient depuis deux ans.

Le texte doit encore être ratifié, a précisé un porte-parole du DFER Urs Widmer à l'agence de presse Keystone-ATS. «Une autre grande victoire pour notre diplomatie d'ouverture commerciale», s'est félicité sur Twitter le président brésilien Jair Bolsonaro.

Il a souligné que l'Association européenne de libre-échange (AELE) est le neuvième acteur commercial mondial en importance. Outre la Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein sont membres de l'AELE. Le Mercosur regroupe le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay.

260 millions de consommateurs

Le principal négociateur argentin, le secrétaire aux relations économiques Horacio Reyser, a qualifié l'accord avec l'AELE de «nouveau succès dans le processus d'intégration internationale de l'Argentine qui approfondit et organise notre lien historique avec le continent européen».

Berne négociait un accord de libre-échange avec les Etats du Mercosur dans le cadre de l'AELE depuis juin 2017. Le marché commun sud-américain représente 260 millions de consommateurs vers lesquels lorgnent les industriels helvétiques depuis longtemps. L'accord provoque en revanche des craintes chez les paysans suisses, le Mercosur

comptant deux grands Etats agricoles, le Brésil et l'Argentine. Si l'accord doit permettre à l'industrie des machines et au secteur des services helvétiques d'exporter plus facilement, les pays d'Amérique du Sud vont pouvoir augmenter leurs ventes de viande en Suisse.

Accord UE-Mercosur

Ce traité commercial intervient un peu plus d'un mois après la conclusion d'un autre accord de libre-échange entre le bloc sud-américain et l'Union européenne. L'accord, un des plus vastes jamais conclu par Bruxelles avec plus de 770 millions de consommateurs et 18'000 milliards d'euros de PIB, doit encore être ratifié par les Etats membres de l'UE. Il suscite également une inquiétude des agriculteurs européens, qui craignent une concurrence jugée déloyale.

En pleine polémique sur les incendies en Amazonie, la France a menacé vendredi de ne pas ratifier l'accord UE-Mercosur pour protester contre la gestion des incendies par le président brésilien. L'Irlande a aussi menacé de bloquer le texte si le Brésil ne réagissait pas en Amazonie.

Le ministre finlandais des finances, Mika Lintilä, a annoncé de son côté qu'il proposerait à ses homologues européens l'interdiction des importations de viande brésilienne. L'Association européenne de libre-échange a été créée en 1960 par sept pays, dont la Suisse. Elle a accueilli ensuite plusieurs nouveaux membres, avant que la très grande majorité d'entre eux rejoigne l'UE. En 2018, l'AELE a exporté pour plus de 310 milliards d'euros et importé pour 255 milliards d'euros.

Exportations et importations sont en augmentation constante ces dernières années. Son principal partenaire économique est l'UE, qui absorbe plus de 62% des biens et services produits par l'AELE.

(nxp/ats)