Dette de la Grèce

02 juin 2011 17:36; Act: 02.06.2011 17:45 Print

Accord sur 7,78 milliards de mesures

La Grève continue ses mesures d'austérité. Elle envisage ainsi 6,4 milliards d'euros (7,78 milliards de francs) d'économies à venir.

storybild

La Grèce va prendre de nouvelles mesures d'austérité. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Grèce a accepté de prendre de nouvelles mesures d'austérité budgétaire pour 2011, représentant 6,4 milliards d'euros (7,78 milliards de francs), dont une hausse des impôts et une révision des exonérations de l'impôt sur le revenu. L'agence Moody's a elle abaissé de 3 crans la note de la dette grecque, pour qu'elle refléte le risque de non-remboursement.

La Grèce et une délégation de la «troïka» (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) pensent conclure d'ici vendredi leurs discussions sur un programme budgétaire à moyen terme.

Une proche du dossier a précisé que la «troïka» prévoit de publier un communiqué vendredi sur l'état des lieux de la réduction de son déficit budgétaire, tout en ajoutant qu'elle ne dirait pas si Athènes recevra ou non une aide supplémentaire.

«Le Premier ministre (George Papandreou) présentera (vendredi au président de l'Eurogroupe Jean-Claude) Juncker les principaux points de ce programme, qui prévoit une accélération des privatisations et de nouvelles mesures de réduction des dépenses publiques et de hausse des recettes», a précisé un haut fonctionnaire du gouvernement.

Détails attendus

«Les négociations avec la troïka devraient s'achever tard jeudi soir ou vendredi. A ce stade, la troïka demande des détails sur plusieurs points», a ajouté ce responsable, qui ne souhaitait pas être nommé.

Les négociations portent sur deux points essentiels: l'octroi d'une cinquième tranche du plan d'aide de 110 milliards d'euros accordé l'an dernier, et l'éventuelle restructuration de la dette grecque, qui atteint 340 milliards de dollars.

«Les mesures comprennent une baisse des exonérations d'impôts sur le revenu, la suppression d'autres exonérations et éventuellement une taxe sur les boissons et le gaz naturel», a indiqué le fonctionnaire.

Nouvelle aide?

Jean-Claude Juncker a précise qu'il n'était pas prévu de réunir d'urgence les ministres des Finances de la zone euro.

Le président de l'Eurogroupe a refusé de dire si les délégués étaient proches d'un accord qui permettrait le déblocage d'une nouvelle aide financière à Athènes, expliquant que les décisions seraient prises par les seuls ministres sur la foi du rapport établi par la «troïka».

Note déclassée

Une solution semble en vue pour la Grèce alors que Moody's a une nouvelle fois déclassé la note attachée à la dette souveraine, la faisant reculer de trois crans pour la place dans une catégorie extrêmement spéculative, là où se trouve par exemple celle de Cuba.

L'annonce a aussitôt fait plonger l'euro, qui a inscrit un nouveau record de faiblesse face à la monnaie helvétique, à 1,2058 franc. La devise européenne regagnait du terrain jeudi, sur fond de craintes pesant sur le yen, affecté lui par des menaces de crise politique au Japon.

(ats)