Placement de personnel

08 mai 2012 07:22; Act: 08.05.2012 09:31 Print

Adecco voit son bénéfice bondir de 12%

Le numéro un mondial du placement de personnel a vu son bénéfice net grimper de 12% par rapport aux trois premiers mois de 2011, à 112 millions d'euros (134,5 millions de francs).

Une faute?

Adecco a réalisé un «solide» premier trimestre 2012. Son chiffre d'affaires a crû de 2% ( 1% en monnaies locales), à 5,035 milliards d'euros, a précisé mardi l'entreprise zurichoise d'origine vaudoise. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts, impôts et amortissements (EBITA) a augmenté de 6% ( 4%), à 182 millions.

La performance se révèle meilleure qu'escompté. Les analystes interrogés par l'agence financière AWP tablaient sur des recettes de 5,01 milliards d'euros et un résultat net de 97 millions. Du coup, dans les premiers échanges à la Bourse suisse, le titre Adecco gagnait 2,9% à 40,37 francs, alors que le SMI perdait 0,20%.

«Nous avons bien démarré 2012», relève le directeur général Patrick de Maeseneire, cité dans le communiqué. «Les revenus au premier trimestre 2012 sont quasiment au même niveau qu'au premier trimestre 2011, un résultat solide au vu des vents contraires économiques auxquels nous faisons face en Europe», poursuit-il.

«Nos ventes en Amérique du Nord ont continué à bien résister», ajoute-il encore. Elles ont légèrement progressé, de 1% en devises locales à 964 millions d'euros.

Paysage contrasté en Europe

Contrastes en revanche sur le Vieux Continent. En France, principal marché du groupe où celui-ci avait annoncé en mars la suppression de quelque 530 emplois sur 6300 dans ce pays, les revenus ont chuté de 10%. Ils se sont également contractés en Suisse, ainsi qu'en Espagne et au Portugal, de 9% dans les deux cas.

En Italie, le chiffre d'affaires a reculé de 2%. A contrario, il a bondi de 9% au Royaume-Uni et en Irlande et de 10% en Allemagne et en Autriche. Quant aux marchés émergents, ils enregistrent toujours une croissance à deux chiffres, soit de 15%.

Le groupe s'attend à un tableau géographique disparate similaire au deuxième trimestre, «avec une Amérique du Nord qui tient le coup, mais une Europe qui demeure difficile».

Par branche, celle du placement généraliste, spécialement dans le secteur industriel, a vu ses recettes décliner de 1% en monnaies locales. Dans le placement professionnel, les revenus se sont par contre accrus de 6%.

Objectif de marge EBITA confirmé

Dans l'ensemble, Adecco ambitionne de maintenir un strict contrôle des coûts, en se concentrant sur des opportunités de croissance rentables, selon Patrick de Maeseneire. La société qui emploie plus de 33'000 collaborateurs à travers le monde vise toujours une marge brute EBITA supérieure à 5,5% sur le moyen terme.

A titre de comparaison, son concurrent, le néerlandais Randstad, avait publié fin avril un bénéfice net trimestriel en baisse de 27% à 28,8 millions d'euros, notamment en raison d'une «situation en Europe plutôt incertaine». Son chiffre d'affaires avait pourtant progressé de 12% à 4,15 milliards.

(ats)