Credit Suisse

01 octobre 2019 06:48; Act: 01.10.2019 18:16 Print

Affaire Khan: des têtes tombent, Thiam blanchi

En plein scandale autour de la surveillance de son banquier vedette, Credit Suisse limoge deux responsables mais blanchit son patron Tidjane Thiam.

Image d'illustration.
Sur ce sujet
Une faute?

Suite à l'affaire d'espionnage de son ancien banquier vedette Iqbal Khan, Credit Suisse enregistre le départ avec effet immédiat de son directeur opérationnel et du responsable de la sécurité. Le patron Tidjane Thiam en revanche n'aurait pas eu connaissance de l'initiative avant que celle-ci ne soit terminée.

A en croire le rapport publié mardi après l'enquête confiée au cabinet d'avocat Homburger par le conseil d'administration de Credit Suisse, le directeur opérationnel (COO) Pierre-Olivier Bouée a ordonné au responsable de la sécurité de la banque de surveiller Iqbal Khan le 29 août, dès l'annonce du passage de ce dernier au concurrent UBS.

Tidjane Thiam, patron de Credit Suisse (photo Keystone)

Le COO aurait pris cette décision de son propre chef «afin de protéger les intérêts de la banque», sans en référer au directeur général (CEO) Tidjane Thiam, à un quelconque autre membre de la direction générale, au président du conseil d'administration Urs Rohner ou à celui du comité d'audit John Tiner.

L'enquête de Homburger n'a décelé aucun élément indiquant que le CEO ait autorisé ou eu connaissance de la surveillance de son successeur pressenti avant le 18 septembre, alors que la surveillance avait déjà pris fin.

Le COO a assumé la responsabilité dans cette affaire et présenté sa démission au conseil d'administration, «qui l'a acceptée avec effet immédiat» et a désigné dans la foulée James Walker pour le remplacer dans ses fonctions et à la direction générale du groupe.

Ce dernier officie actuellement notamment comme directeur financier (CFO) de la filiale étasunienne du numéro deux bancaire helvétique.

Réputation entamée

En conférence de presse, le président Urs Rohner a réitéré son soutien «à des mesures appropriées en vue de la protection des intérêts de la banque, y compris lorsque des cadres dirigeants quittent l'entreprise». Il a toutefois estimé que la surveillance d'Iqbal Khan était «erronée et disproportionnée» et a porté «gravement atteinte à la réputation de la banque ces derniers jours».

Après avoir présenté ses excuses aux employés de Credit Suisse, à ses clients et aux actionnaires, le président a fait de même auprès de son ex-banquier vedette et de sa famille «pour les désagréments occasionnés».

Il s'est également déclaré profondément attristé par la nouvelle de la «mort tragique» d'un expert en sécurité ayant travaillé pour Credit Suisse. Il faisait vraisemblablement référence au suicide après l'éclatement de l'affaire d'un détective privé mandaté par la banque pour surveiller Iqbal Khan, rapporté la veille par le portail Inside Paradeplatz.

Il a insisté sur le fait que la surveillance d'employés ne faisait pas partie de la «culture d'entreprise» de la banque et a assuré qu'à l'avenir ce genre de mesure ne figurerait plus dans la «boîte à outils» du groupe.

Ignorance douteuse

Interrogé sur la crédibilité de la thèse de l'ignorance des faits aux plus hauts échelons de la hiérarchie, Urs Rohner a botté en touche, réitérant son soutien à Tidjane Thiam dont il a vanté les succès à la tête du numéro deux bancaire helvétique, qu'il estime en «très bonne position».

Selon lui, la banque n'a aucun problème de gouvernance. Il estime également «inapproprié» de remettre en question sa fonction de président du conseil d'administration, dont il affirme avoir le plein soutien. Il n'a pas souhaité s'exprimer quant à d'éventuelles suites juridiques de l'affaire.

De son côté, le président du comité d'audit John Tiner a indiqué que l'ex-COO était au courant «du risque majeur pour la réputation de la banque» que comportait l'opération de surveillance. Il a toutefois rappelé que depuis l'annonce du départ d'Iqbal Khan début juillet, ce dernier avait notoirement maintenu des liens étroits avec plusieurs hauts cadres de son ex-employeur.

John Tiner a également reconnu que les enquêteurs n'avaient pas pu avoir accès à toutes les informations dans le cadre de leur mandat. En effet, si les communications réalisées par le biais de l'infrastructure de Credit Suisse ont pu être consultées dans leur intégralité, ce n'est pas le cas de celles effectuées via des applications tierces, qui ont été en partie effacées.

Enquête prompte

La communauté financière salue la rapidité de l'enquête et la publication du rapport sur une affaire qui a porté un sérieux coup à la réputation de la banque aux deux voiles. Dans son commentaire, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) insiste sur le fait que sans Tidjane Thiam, le groupe serait bien différent et moins bien armé pour affronter le futur.

A la Bourse, l'action Credit Suisse a fini en recul de 2,86% à 11,89 francs, dans un SMI en baisse de 1,25%.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 20000 Volts le 01.10.2019 07:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La marmotte

    A l'insu de son plein gré, Monsieur Thiam n'aurait rien su avant la fin de l'opération ...heureusement l'électricité fonctionne grâce aux fusibles

  • Titi le 01.10.2019 07:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Thiam cimme son prédécesseur, incompétet !

    Thiam n'était pas au courant ! Faites moi rire, c'est comme Brady Dougan, l'ancien directeur du Crédit Suisse, qui a nié devant le Sénat américain être au courant des agissements de ses conseillers sur le territoire américain. C'est pathétique. S'il n'est pas au courant, il mérite d'être viré car il n'a pas mis en place un bon système de contrôle interne.

  • Peter M le 01.10.2019 07:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci

    Thiam blanchi, hahahahaha

Les derniers commentaires

  • CQFD-GE le 01.10.2019 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La honte....

    Politiciens, CEO, puissants... ils ont toujours des fusibles. Crédit Suisse est une des banques mondiales qui a été et est toujours dans des affaires scandaleuses. Actionnaires du CS reveillez-vous ! Qu'est ce qui est le plus honteux ? L'infâme ou celui qui le nourrit ?

  • une question le 01.10.2019 17:46 Report dénoncer ce commentaire

    prélavage

    Quand le crédit suisse et autres banques suisses blanchissent les directeurs et autres cadres/espions, ça se fait dans la même machine à laver le linge que les comptes off shore? Mode 90 degrés, linge blanc avec prélavage? 90 minutes. T' es là? non je suis là.

  • Freese le 01.10.2019 17:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Intérêt personnel

    C'est scandaleux pour les employés et les actionnaires... Ce Monsieur en revanche continuera de se remplir les poches!

  • candide1 le 01.10.2019 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    CR

    Savez-vous que les humains sont partis d'Afrique il y 7'000'000 années et que nous sommes tous les descendants de ces gens. Ça relativise pas mal les commentaires idiots.

    • Case en raphia le 01.10.2019 17:37 Report dénoncer ce commentaire

      Silicon Valley

      Certains peuples ont évolué depuis, mais pas tous.

  • Zurich le 01.10.2019 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Thiam pas aimé...

    Bc demployés à ZH ont espérés en cette personne. Hélas après les petits tours de passe-passe où il a augmenté son salaire et sest donné un énorme bonus idem au directoire, pour les tenir bien docilement...il na donné que des miettes aux différents employés ! Cet homme nest pas aimé. Bc espère quune enquête parlementaire vienne mettre de lordre....