Transport aérien

21 mai 2012 14:40; Act: 21.05.2012 14:46 Print

Air France négocie sur la productivité

Air France, contrainte à un plan d'économies sur trois ans, négocie avec les syndicats pour améliorer la productivité des personnels, ce qui pourrait générer suppressions de postes.

Une faute?

Air France, contrainte de faire des économies a annoncé lundi que «l'élaboration du plan de transformation de l'entreprise, visant à restaurer notre compétitivité à horizon 2015, se poursuit au niveau du management ainsi qu'avec les organisations représentatives du personnel». Jeudi, un comité central d'entreprise sera l'occasion de faire un point d'étape sur la situation de la compagnie.

La direction a souligné que de ces négociations, qui revisitent une bonne partie des accords d'entreprise (amplitude horaire, prise de congés, composition d'équipage, etc.), dépend la réussite du plan d'économies triennal (Transform 2015) et «la capacité d'Air France à éviter des départs non volontaires».

Le porte-parole réagissait à une information du «Figaro» faisant état d'un projet de 5000 suppressions de postes d'ici à 2015, dont une moitié via des départs naturels (retraite, démissions) et l'autre via un plan de départs volontaires. Air France a démenti ces informations.

Du côté des syndicats, la CFDT estime que «c'est probablement la fourchette vers laquelle on se dirige». «A ce jour, la direction n'a jamais annoncé de chiffre», précise toutefois Michel Salomon, délégué CFDT.

Départs volontaires

«Ce ne sont que des estimations en se basant sur les 20% d'économies recherchées sur les coûts», ajoute le responsable syndical pour qui un plan de départs volontaires pourrait être ouvert à toutes les catégories de personnel.

En 2009/2010, 1800 personnes avaient quitté Air France via des départs volontaires, limités au personnel au sol. Depuis plusieurs centaines de départs naturels au sol n'ont également pas été remplacés. Globalement, environ 800 personnes quittent chaque année Air France.

Cette fois, le personnel navigant (environ 4000 pilotes et 15'000 hôtesses/stewards) pourrait donc être visé par une compression des effectifs.

(ats)