Biotechnologie

29 juillet 2014 23:26; Act: 29.07.2014 23:29 Print

Amgen va supprimer 2400 à 2900 emplois

La biotech américaine, connue pour son médicament contre les maladies auto-immunes Enbrel, a annoncé mardi qu'elle allait supprimer de 2400 à 2900 emplois dans le monde d'ici fin 2015.

Une faute?

Ces suppressions d'emplois concernent essentiellement les Etats-Unis et le gros devrait intervenir d'ici la fin de l'année. Les personnels administratifs seront les plus affectés, notamment au niveau de son siège social à Thousand Oaks (Californie). Les sites de la société californienne dans les Etats de Washington (nord-ouest) et du Colorado (ouest) seront fermés, est-il précisé dans le communiqué.

Ce plan social va le contraindre à inscrire une charge de 775 à 950 millions de dollars avant impôts dans ses comptes, essentiellement des indemnités de licenciement, selon un communiqué.

La biotech espère ainsi économiser environ 700 millions de dollars supplémentaires en 2016. Cet argent sera réinvesti dans la recherche de nouvelles molécules et le lancement de nouveaux produits, assure Amgen.

Ses prévisions de bénéfices 2014 restent néanmoins au-dessus des attentes. Pour l'année en cours, Amgen espère un chiffre d'affaires compris entre 19,5 et 19,7 milliards de dollars pour un bénéfice par action annuel de 8,20 à 8,40 dollars, référence en Amérique du nord.

Ces prévisions sont meilleures que les anticipations de 19,4 milliards pour les revenus et de 8,09 dollars par action pour le bénéfice.

A Wall Street, ces mesures semblaient ravir les investisseurs d'autant qu'Amgen indique qu'il pourrait annoncer de nouvelles économies. Le titre bondissait de 4,01% à 128,25 dollars vers 21H15 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

Ce plan social intervient quelques jours seulement après celui d'un autre groupe pharmaceutique américain.

Le 21 juillet, Allergan, le fabricant du Botox, cible d'une tentative de rachat hostile de son concurrent canadien Valeant, a annoncé qu'il allait licencier environ 1.500 salariés, soit une réduction de 13% de ses effectifs mondiaux.

(afp)