Presse

04 juillet 2018 11:37; Act: 04.07.2018 14:36 Print

Appel de soutien aux grévistes de Tamedia

La grève a débuté mardi à 16 heures. Reconductible, elle est prévue jusqu'à mercredi minuit.

Voir le diaporama en grand »
Dans la rédaction du Matin, du groupe Tamedia. (vendredi 20 juillet 2018) Gregoire Nappey, debout, rédacteur en chef du journal «Le Matin», du groupe Tamedia. A sa droite, Simon Koch, rédacteur en chef adjoint. Au bureau, le directeur artistique, Adriano Fagioli, s'attelle à confectionner les pages de la dernière édition imprimée, prévue le 21 juillet 2018. La grève a été suspendue chez Tamedia. La médiation des cantons de Vaud et Genève a été acceptée. (Jeudi 5 juillet 2018) Plus de 200 personnes ont manifesté mercredi à Lausanne pour soutenir la grève à Tamedia et dénoncer les menaces de l'éditeur. (Mercredi 4 juillet 2018) Les journalistes des quotidiens «Le Matin», «24 Heures» et «Tribune de Genève» protestent notamment contre la fin du quotidien orange. (Jeudi 5 juillet 2018) L'entreprise de presse zurichoise Tamedia a annoncé la fin du «Matin» pour le 21 juillet. (Jeudi 5 juillet 2018) Une quarantaine de licenciements ont été signifiés jeudi passé. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) Les trois quotidiens payants de Suisse romande ont paru en version allégée durant deux jours. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) La grève a été décidée mardi. Elle devait s'étendre de mardi 16 heures à mercredi minuit. (Jeudi 5 juillet 2018) Le mouvement de grève pouvait être reconductible. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) Un appel de soutien aux employés de Tamedia, qui sont en grève, a été lancé. Pour sa part, le groupe zurichois a demandé à l'Office vaudois de conciliation d'intervenir. (Mercredi 4 juillet 2018) Les quotidiens de Tamedia sont apparus bien amaigris, mercredi matin. Ainsi, l'édition du «Matin» se résume à vingt-quatre pages, soit une vingtaine de moins qu'à l'accoutumée. (Mercredi 4 juin 2018) Les journalistes de Tamedia Publications Romandes exigent que l'éditeur zurichois renonce notamment aux licenciements prononcés depuis le mois de juin. (Mardi 3 juillet 2018) Une centaine de personnes se sont rassemblées devant la tour de l'avenue de la gare, dont les conseillers nationaux socialistes Samuel Bendahan et Rebecca Ruiz. (Jeudi 28 juin 2018) Elisabeth Di Blasi, de Syndicom, affiche la couleur. (Jeudi 28 juin 2018) Les licenciements ont été annoncés individuellement. Tamedia va procéder à 36 licenciements, dont 22 dans la rédaction, et à quatre réductions de temps de travail. (Jeudi 28 juin 2018) Dominique Diserens, secrétaire centrale d'impressum et Stéphanie Vonarburg, du syndicat Syndicom, devant la tour de l'avenue de la gare à Lausanne. (Jeudi 28 juin 2018) Réunis à la mi-journée en assemblée générale, une centaine de collaborateurs a décidé à une écrasante majorité de laisser «une dernière chance au dialogue». (Jeudi 28 juin 2018)

Sur ce sujet
Une faute?

Un appel de soutien aux employés de Tamedia, qui sont en grève, a été lancé. Signé par des partis et des syndicats, il s'oppose aux licenciements et exige le maintien de la diversité des titres. L'éditeur demande de son côté à l'Office vaudois de conciliation d'intervenir.

La Suisse romande est «à nouveau frappée par un appauvrissement de la diversité médiatique», dénonce mercredi l'appel. «Nous soutenons les employés de Tamedia (...), nous appelons à participer aux actions de soutien (...) et nous nous opposons aux suppressions de postes prévues.»

Signer une pétition

Pour l'heure «l'Appel pour la diversité et l'indépendance des médias en Suisse romande» est signé notamment par les syndicats syndicom, impressum, SSM, Unia Vaud, Union syndicale vaudoise et des partis politiques comme le PS Vaud et Genève, les Verts Vaud et Genève, le PDC Vaud et Genève, le POP et solidaritéS.

De leur côté, syndicom et impressum ont appelé à signer une pétition de soutien à la version imprimée du Matin et à la réintégration de toutes les personnes licenciées. Plus de 70 personnalités l'avaient déjà signée en milieu de matinée. Une manifestation est prévue à midi à la gare de Lausanne.

Appel de Tamedia

Dans un communiqué, Tamedia demande à l'Office vaudois de conciliation d'intervenir «afin de permettre aux parties de sortir de ce conflit». Il veut que les syndicats réintègrent le processus de conciliation et négocient le plan social.

Tamedia rappelle en outre «à l'ensemble de ses collaborateurs de cesser immédiatement la grève et de reprendre le travail».

La grève a débuté mardi à 16 heures. Reconductible, elle est prévue jusqu'à mercredi minuit. Tamedia a menacé mardi résilier la convention collective de travail (CCT) et l'accord interne.

Des précédents

Les rédactions romandes de Tamedia ne sont pas les seules à résister aux plans de restructuration de Tamedia. En Suisse alémanique aussi, les journalistes n'ont pas hésité à affronter ouvertement le groupe de presse zurichois quand nécessaire.

Des deux côtés de la Sarine, les rédacteurs de Tamedia s'inquiètent du vaste plan de rationalisation «Projet 2020». Dès l'annonce de cette stratégie à l'été 2017, les rédactions du «Bund» et de la «Berner Zeitung», redoutant une fusion, organisent un risotto devant leurs locaux pour protester contre le risque de «bouillie uniforme».

Le rachat, mi-avril, de la «Basler Zeitung» par Tamedia intervient dans ce contexte chahuté. Les syndicats craignent qu'il ne reste à Bâle qu'une rédaction locale, selon une stratégie déjà mise en oeuvre pour les autres quotidiens du groupe.

En 2014, quand l'éditeur veut biffer 25 postes au sein de ses publications régionales zurichoises («Der Landbote», «Zürcher Unterländer», «Zürichsee-Zeitung»), les salariés manifestent à Winterthour. Ils exigent un plan social comparable à celui négocié pour le «Tages-Anzeiger» en 2009. Faute d'accord, ils se retrouveront les mains vides.

Cinq ans plus tôt, lorsque Tamedia biffe un quart de la rédaction du «Tagi» et coupe aussi au «Bund» (repris en 2007), les journalistes protestent à Zurich et à Berne. L'éditeur se retrouve d'ailleurs aux prud'hommes pour le licenciement reconnu abusif du président de la commission du personnel du «Tages-Anzeiger».

(nxp/ats)