Logement

03 septembre 2019 15:03; Act: 03.09.2019 15:03 Print

Bientôt 10'000 euros le mètre carré à Paris

L'immobilier parisien devrait finir l'année au-dessus des 10'000 euros le mètre carré: ce seuil jamais vu, devrait être confirmé ce jeudi.

storybild

Il faut avoir un porte-monnaie bien rempli pour pouvoir se loger dans la capitale française. (Photo: AFP/Lionel Bonaventure)

Une faute?

«Le prix au mètre carré des appartements parisiens (...) approchera 10'200 euros en septembre 2019, dépassant ainsi largement la barre des 10'000 euros», annonçaient fin juillet les notaires franciliens, dans une note repérée la semaine dernière par le Monde. Ce seuil jamais vu, dont le passage devrait être confirmé ce jeudi, marque une étape symbolique de la flambée des prix dans la capitale, ininterrompue depuis des années.

Ce sont les notaires qui, de concert avec l'Insee, établissent les chiffres de référence sur l'immobilier ancien français. Ils donneront ce jeudi leur bilan trimestriel.

Celui-ci concernera le second trimestre, au cours duquel les prix parisiens n'ont probablement pas passé le seuil des 10'000 euros. Mais c'est sur la base de leurs contrats préparatoires que les notaires - distinctement de l'Insee - pensent que ce seuil a été passé cet été.

Quelle que soit la date précise, l'évolution de fond est incontestable: les prix des logements parisiens connaissent depuis des années une flambée sans commune mesure avec le reste du territoire.

Six mille euros il y a dix ans

Il y a dix ans, selon les chiffres des notaires, le mètre carré parisien se vendait à peine plus de 6'000 euros: malgré une pause lors de la première moitié des années 2010, son prix a donc flambé de 66% tandis que, sur toute l'Île-de-France, la progression était bien inférieure à 50%.

Quant au reste des grandes villes françaises, si le marché immobilier est globalement en forme depuis trois ans - les prix bondissent désormais plus vite qu'à Paris dans certaines villes comme Nantes -, il y est bien loin de la capitale: toujours selon les notaires, Bordeaux et Lyon sont les plus chères, mais le mètre carré y est deux fois moins coûteux qu'à Paris pour les appartements.

Même si les acheteurs se déportent sur les départements limitrophes de la capitale - Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-De-Marne -, les prix y restent nettement plus bas: à part des exceptions comme Neuilly-sur-Seine, il suffit de passer le périphérique pour observer de gros écarts.

En revanche, le haut niveau des prix s'homogénéise sur l'ensemble de la capitale: au premier trimestre, tous les arrondissements s'inscrivaient à plus de 8'000 euros le mètre carré.

Conséquences sociales sans précédent

L'évolution du marché parisien a des conséquences sociales: «la part des catégories socio-professionnelles les plus favorisées s'est beaucoup renforcée, dans un mouvement lent mais continu», soulignaient les notaires dans leur note de juillet.

Ils remarquaient que, parmi les nouveaux acquéreurs de logements parisiens, la part des ouvriers et employés s'est réduite à 5% l'an dernier contre 15% vingt ans plus tôt.

Ces conséquences sociales se portent sur le terrain politique et la question du logement promet d'être centrale lors de la campagne des municipales de 2020 où la socialiste Anne Hidalgo remettra son mandat en jeu.

Réguler Airbnb, une idée parmi d'autres

«Quand un professeur, un policier ou une personne qui travaille aux hôpitaux de Paris ne peut pas se loger, cela n'est pas sain», a estimé dimanche sur Franceinfo Benjamin Griveaux, investi candidat par la République en Marche, le parti présidentiel.

«Quand on a été porte-parole d'un gouvernement qui a baissé l'APL, qui a ponctionné les bailleurs sociaux, qui a traîné des pieds pour remettre l'encadrement des loyers et réguler Airbnb, on se fait un tantinet modeste sur le logement», a répliqué sur Twitter, Ian Brossat, adjoint communiste au logement de l'actuelle municipalité.

Celle-ci a mené une politique du logement axée sur deux piliers: régulation des prix dans le privé, avec notamment la réintroduction d'un plafonnement des loyers cet été, et renforcement du parc social.

Mais c'est en partie ce dernier élément que les notaires ciblent pour expliquer une situation parisienne non seulement marquée par la flambée des prix mais aussi un recul ou une stagnation persistants du nombre de transactions d'un trimestre à l'autre.

Cette conjonction «tient principalement au manque d'offre», avait noté en mai la notaire parisienne Elodie Fremont, lors du précédent bilan trimestriel.

«Ce déficit de volume est notamment dû à l'augmentation des logements sociaux à Paris», avait-elle souligné. «On a plus de logements sociaux et beaucoup moins de logements dans le secteur privé.»

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ecopop le 03.09.2019 15:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    malheureusement

    Le scoop, plus il y a de monde, plus les loyers augmentent ! En Suisse, les loyers sont pas près de baisser !

  • L Americain le 03.09.2019 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même pour rien

    Même ci l ont me l offre je n irait jamais habité cette belle ville !!! Mais très mal habitée actuellement .j attend vos commentaire surtout les chauvins ????

  • didi le 03.09.2019 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'a Paris ?

    parce que la banlieue lausannoise est moins cher ??? a quelques frs près. a 500000 frs le 50 m2 ça fait 1 prix certain aussi...

Les derniers commentaires

  • La Belle Jeannine le 04.09.2019 06:04 Report dénoncer ce commentaire

    Alors là, ...

    C'est tout le trottoir qui va monter au créneau !!!

    • Lacapotte Dédé le 04.09.2019 06:31 Report dénoncer ce commentaire

      Ouais ...

      C'est cher du mètre carré, pour taper du pied !!!

  • Mimi Tozo le 03.09.2019 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Complexe romand

    Soyez pas complexés les petits suisses....cologny, zermatt vous avez que ca a la bouche, alors que la plupart qui commentent habitent à Renens ou à Vuadens...mdr Pis cologny c'est du pipi de chat comparé à l'avenue Princesse Grace de Monaco par exemple ou le m2 est a 100000 frcs....faudra vous y faire

    • Titi le 04.09.2019 01:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mimi Tozo

      Complexés pourquoi ??

    • Insomnie le 04.09.2019 07:37 Report dénoncer ce commentaire

      Fierté assez mal placée

      Va dire ça aux Parisiens... c'est pas sûr-sûr qu'ils prennent la nouvelle avec fierté... Je dirais plutôt qu'ils se disent que LEUR capitale ne leur appartient, mais alors vraiment plus!!!

  • Genevoue de l'Est le 03.09.2019 23:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aberrant

    Paris Paris tu connais la suite...

  • David le 03.09.2019 23:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pays de Gex aussi

    la même chose dans le pays de Gex: Les promoteurs, agences d'immobilier et les politiques locaux gonflent les prix. Abattages des arbres et constructions n'importe comment: Appartements vendus très chers et plus de pollution à cause d'un augmentation des voitures et des bus qui roulent aux diesel. Ceci est complètement contre la politique pour le climat de M. Macron. Et tout le monde ferme les jeux.

    • Moins cher en Corrèze... le 04.09.2019 07:03 Report dénoncer ce commentaire

      Attrait des salaires suisses

      Les voitures des frontaliers, faut le préciser aussi.

  • Christ 1957 le 03.09.2019 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médiocrité

    Ce pourrait être un prix correct pour de la qualité mais pour les finitions que l'ont voit à Paris c'est hyper cher , du même niveau que les villas clés en mains de chez nous quoi . Pas de jaloux les immeubles aussi .