Chimie

13 février 2020 07:35; Act: 13.02.2020 13:03 Print

Clariant va supprimer 500 à 600 postes

Le groupe de spécialités chimiques a vu son bénéfice net chuter en 2019 en raison de la constitution d'une provision de 231 millions de francs destinée au règlement éventuel d'une amende.

storybild

Le groupe bâlois Clariant se prépare à des temps tumultueux. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le chimiste de spécialités Clariant, en plein processus de restructuration, prévoit de supprimer 500 à 600 emplois ces deux prochaines années après avoir publié une forte chute de son bénéfice net en 2019, notamment en raison d'une charge exceptionnelle.

La réduction des effectifs, devant permettre de compenser le ralentissement de la conjoncture mondiale et la surévaluation du franc prévus cette année, doit générer des économies d'environ 50 millions de francs et coûter autant. Actuellement, le groupe établi à Muttenz compte approximativement 17'200 collaborateurs et la coupe correspond à environ 3 à 3,5% de l'effectif.

40% en Europe

L'Europe sera touchée à hauteur de 40% par cette réduction des effectifs, dont 20 postes en Suisse où le bâlois compte 522 collaborateurs, a indiqué le directeur financier Patrick Jany, dont le départ a été annoncé pour fin mars.

Le chimiste de spécialités a par ailleurs dû fermer la plupart de ses sites en Chine en raison du coronavirus. Le dirigeant demeure cependant confiant pour la marche des affaires dans l'Empire du Milieu, pays important pour l'industrie chimique.

«Nous n'allons pas enregistrer une importante croissance au 1er trimestre», a reconnu le responsable qui table cependant sur une reprise une fois le virus maîtrisé.

Chute du bénéfice net

Durant la période sous revue, le bénéfice net a été divisé par plus de 9 pour s'inscrire à 38 millions de francs, notamment en raison de la constitution d'une provision de 231 millions destinée au règlement éventuel d'une amende auprès de la Commission européenne.

Le bénéfice brut opérationnel (Ebitda) ajusté d'effets uniques a quasi stagné à 740 millions, tandis que la marge afférente est restée stable à 16,8%.

Les ventes des affaires poursuivies sont également restées inchangées à 4,4 milliards de francs mais ont progressé de 3% hors effets de change, grâce aux divisions clés Catalysis (catalyseurs) et Natural Resources (produits et services pour l'industrie minière et des hydrocarbures, y compris additifs, désormais le plus important du groupe). La progression des volumes et des prix ont tous les deux contribué à ce résultat positif, relate le communiqué.

Le Conseil d'administration proposera un dividende ordinaire stable de 0,55 franc, et un dividende extraordinaire de 3 francs lié à la vente d'une de ses unités. A l'exception du bénéfice net qui a nettement raté le coche, les autres résultats sont peu ou prou conformes au consensus AWP.

Fin des désinvestissements

Le groupe en plein recentrage sur les activités les plus rentables prévoit que la cession des activités pigments devrait être finalisée avant la fin de 2020. Clariant a aussi vendu ses activités Masterbatches (mélanges-maîtres") pour 1,6 milliard de dollars (quasiment autant en francs) à l'américain Polyone.

Le chimiste de spécialités compte désormais se concentrer sur trois de ses divisions, à savoir Care Chemicals, Natural Resources ainsi que Catalysis. La direction du chimiste bâlois a préféré s'abstenir d'articuler des ambitions concrètes pour la suite des opérations.

Le groupe rhénan est par ailleurs toujours à la recherche d'un directeur général, poste qui est actuellement occupé par le président Hariolf Kottmann à titre intérimaire depuis le départ de Ernesto Ochiello.

Clariant a connu une période mouvementée depuis 2017. Régulièrement au centre de rumeurs, qui voient en lui une cible de choix pour un rachat, le groupe avait annoncé son intention de fusionner avec l'américain Huntsman. Projet qui avait cependant avorté face à l'opposition d'un groupe d'actionnaires, notamment ceux du fonds activiste américain Corvex.

Après l'échec de la fusion, le groupe saoudien de chimie Sabic avaient racheté des actions du bâlois cédés par le fonds américain et était devenu l'actionnaire de référence. Vontobel et Baader Helvea saluent les résultats du 4e trimestre, meilleurs qu'anticipé à tous les égards. Ces chiffres montrent que la nouvelle stratégie commence à porter ses fruits.

Les deux établissements soulignent en outre la clôture du programme de désinvestissements et pensent que la nouvelle structure transformera le groupe en une cible éventuelle pour un rachat.

Les investisseurs semblaient satisfaits de la copie rendue. A 12h44, le titre affichait la meilleure performance parmi les 30 valeurs vedettes de la Bourse suisse avec un gain de 4,8% à 23,65 francs, dans un marché de référence SLI en baisse de 0,36%

(nxp/ats)