Suisse

05 juillet 2018 17:13; Act: 05.07.2018 17:24 Print

Comment sortir le tourisme de montagnes de la crise

Pour les régions de montagne, le tourisme représente un secteur stratégique trop important au niveau économique pour faillir.

storybild

Le tourisme de montagnes souffre d'une crise structurelle. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) et la Fédération suisse du tourisme (FST) ont élaboré des pistes pour sortir le tourisme de montagne de la crise. Ils préconisent en particulier une meilleure coopération entre les destinations touristiques.

«Le tourisme de montagne est en crise», a déclaré jeudi le directeur du SAB, le conseiller national Thomas Egger (PDC/VS) à l'issue d'une séance spéciale de deux jours à Delémont. Pour le Valaisan, les pistes pour soutenir ce secteur sont connues mais ne sont pas véritablement appliquées.

Crise structurelle

La branche souffre d'une crise structurelle, a rappelé le directeur du SAB. Il y a trop de petites entreprises dans l'hôtellerie et trop d'offices du tourisme. Il estime qu'une région doit unir ses forces en matière touristique comme l'ont ainsi fait Champéry, Troistorrents et Val d'Illiez en Valais.

Pour les régions de montagne, le tourisme représente un secteur stratégique trop important au niveau économique pour faillir. «Too big to fail», comme l'a souligné Thomas Egger. Depuis des années, ce secteur enregistre une baisse des nuitées et des journées-skieurs même si la saison d'hiver 2017/2018 a été globalement positive.

Catalogue de mesures

Partant de ce constat, le SAB et la FST ont élaboré un document qui identifie les enjeux pour l'avenir du tourisme de montagne. Il s'agit en premier lieu de favoriser les coopérations entre les destinations touristiques et d'élargir l'offre touristique à toute l'année, en misant sur le printemps et l'automne.

Parmi les douze thèses élaborées figurent également une prise de conscience touristique de la part de la population, l'ancrage du tourisme dans le marché du travail et de la formation, la qualité des voies de communication et l'élimination de charges administratives.

L'amélioration de la gouvernance au sein du système touristique est une condition de base pour engager les processus de changement nécessaires. Il est donc primordial de renforcer à tous les niveaux les liaisons entre le secteur du tourisme, la politique, les milieux scientifiques et la population.

Organe de coordination

Sur le plan fédéral, les deux associations plaident en faveur de la mise en place d'un nouvel organe de coordination relatif au tourisme. Celui-ci regrouperait à la fois les acteurs du secteur et les représentants de la Confédération et des cantons. Cet organe serait appelé à s'occuper des besoins du tourisme de montagne.

(nxp/ats)