Scandale UBS

20 décembre 2011 17:28; Act: 20.12.2011 17:50 Print

Comparution du trader d'UBS à nouveau reportée

La comparution mardi devant la justice britannique du trader d'UBS inculpé d'une fraude d'un 1,8 milliard de francs a de nouveau été ajournée à la demande de ses avocats.

Sur ce sujet
Une faute?

Au cours de l'audience, le jeune homme devait indiquer, comme le prévoit le droit britannique, s'il plaidait coupable ou non. Dans le premier cas, il n'y aurait pas eu de procès, le juge prononçant alors rapidement son verdict.

Vêtu d'une chemise blanche, d'une cravate bleue et d'un costume gris, le trader s'est présenté en début d'après-midi devant le tribunal de Southwark, au sud de Londres, un bloc-notes à la main pour sa quatrième comparution depuis son arrestation.

Le trader aurait du comparaître le 22 novembre.

C'est la deuxième fois que les avocats demandaient un report pour pouvoir se concerter avec leur client, incarcéré depuis la mi- septembre. L'audience a été repoussée au 30 janvier par le juge, qui a prévenu toutefois qu'il n'y aurait plus d'autre ajournement et que le trader devrait dire à cette date s'il plaidait coupable ou non. Le tribunal avait déjà accepté le 22 novembre de reporter l'affaire au 20 décembre, à la demande de la défense qui souhaitait plus de temps pour examiner des documents.

D'origine ghanéenne, le courtier de 31 ans travaillait sur des produits financiers complexes chez UBS à Londres. Soupçonné de transactions frauduleuses, il est inculpé d'»abus de position» et de «fraudes comptables», des agissements ayant débuté en 2008 et qui auraient perduré jusqu'à la veille de son arrestation le 15 septembre dans la capitale britannique.

L'inculpé «désolé»

Le même jour, UBS avait fait état d'une perte de 2,3 milliards de dollars (plus de 2 milliards de francs) à la suite «d'opérations non autorisées» d'un de ses traders. La banque avait ensuite revu ce chiffre à la baisse à 1,8 milliard de francs. Lors d'une précédente audition, le trader s'était dit «désolé de ce qui s'est passé», selon son avocat.

Cette affaire a conduit à la démission du directeur général Oswald Grübel et au départ des responsables de la division à l'origine de l'incident. M. Grübel a été remplacé depuis par le Tessinois Sergio Ermotti. Les gendarmes des marchés financiers en Suisse et au Royaume-Uni ont également lancé des enquêtes indépendantes.

(ats)