Banque

22 septembre 2019 07:38; Act: 22.09.2019 07:45 Print

Credit Suisse a espionné un ex-directeur

UBS vient de débaucher l'ancien directeur de la gestion de fortune internationale de Credit Suisse. La banque perdante n'a visiblement pas apprécié.

storybild

Trois hommes qui avaient suivi un ex-directeur de Credit Suisse ont reconnu avoir été engagés par la banque pour espionner cet ancien employé. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Credit Suisse a fait surveiller son ancien directeur de la gestion de fortune internationale, Iqbal Khan, débauché par son rival bancaire suisse UBS, relatent la «SonntagsZeitung» et le «SonntagsBlick». Iqbal Khan, qui circulait mercredi à Zurich au volant de sa voiture avec sa femme, a été suivi par trois hommes roulant à bord d'un autre véhicule.

Le banquier de 43 ans les a remarqués et les a filmés ou photographiés, selon des versions divergentes des journaux. Une dispute a ensuite éclaté quand les trois hommes ont essayé de s'emparer de son téléphone portable. Ces derniers ont réussi à s'enfuir, mais ont été retrouvés et arrêtés par la police.

Une «affaire privée»

Selon leurs déclarations à la police, les trois hommes ont été engagés par Credit Suisse pour surveiller Iqbal Khan, le numéro deux du secteur bancaire suisse voulant savoir si son ancien employé essayait de convaincre d'autres salariés de Credit Suisse de passer chez UBS.

Credit Suisse a déclaré aux journaux qu'il s'agissait d'une «affaire privée» et n'a pas voulu faire de commentaires. Iqbal Khan doit codiriger l'importante activité de gestion de fortune d'UBS à partir du 1er octobre.

(nxp)

Les commentaires les plus populaires

  • Yves Ouzon-Bézé le 22.09.2019 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les cannibales !

    Les loups se bouffent entre eux. Va y avoir du sport aux prochaines assemblées générales ! Au fait, CS et UBS qu'est ce qui reste de suisse là dedans ?

  • Markus Kollep le 22.09.2019 08:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suise, reprends toi

    La Suisse, un eldorado à la dérive. Laxisme, système mafieux, etc.. Quelle tristesse de voir son pays à la dérive.

  • quinette le 22.09.2019 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    directeur de C. S nul...

    quand on sait quel incapable dirige Crédit Suisse, qui a été formaté aux écoles françaises, et que la seule chose dont il a été capable de faire c'est licencier des personnes et qu'il n'a apporté aucune idee creative, plus rien ne m'étonne...!

Les derniers commentaires

  • Pas content de CS le 26.09.2019 17:29 Report dénoncer ce commentaire

    Pfffff....

    En tout cas, leur nouvelle plateforme d'online Banking fait perdre du temps, est triste à en mourir et n'est pas du tout ergonomique ! Bref elle est nulle ! On paie pour un truc qui nous fait perdre de l'argent, au boulot...

  • Le J'men foutiste le 23.09.2019 12:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    So what? RAF

    Et alors ? Chacun son truc. Je m'en fous de toute façon.

  • Banking Business is not for Press Peopl le 22.09.2019 22:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En cours d'article ou de scoop???

    J'ai travaillé plus de 20 ans pour le CS. Chacun ses méthodes. On sait que les loups ne se mangent pas entre eux. UBS n'est probablement pas mieux que CS. Mais rien n'indique que la situation contraire n'aurait pas eu lieu. Business remain business. Et tout le monde le sait dans le secteur bancaire. Donc, à mon avis pas de quoi fouetter un chat. Juste un « mauvais scoop » de journaliste en manque d'audience...

    • anfb le 06.10.2019 23:07 Report dénoncer ce commentaire

      Surveillance

      C'est la Gestapo ?

  • Observateur le 22.09.2019 22:19 Report dénoncer ce commentaire

    Dominées par les étrangers

    CS et Ubs n'ont plus rien de Suisse. Ces "dirigeants" s'intéressent qu'à leur bonus. Les petits employés voient leurs rémunération réduire encore et encore.

  • Observateur le 22.09.2019 22:19 Report dénoncer ce commentaire

    Dominées par les étrangers

    CS et Ubs n'ont plus rien de Suisse. Ces "dirigeants" s'intéressent qu'à leur bonus. Les petits employés voient leurs rémunération réduire encore et encore.