«Dark pools»

31 juillet 2014 12:18; Act: 31.07.2014 12:44 Print

Credit Suisse aussi concerné par les enquêtes

Credit Suisse figure également dans le viseur des autorités américaines concernant les pratiques sur sa plate-forme alternative de transactions («dark pool»).

Sur ce sujet
Une faute?

La grande banque fait, en outre, l'objet d'une plainte collective pour violation du droit états-unien dans le secteur du courtage à haute fréquence.

Cette procédure concerne quelque 30 établissements. UBS, Deutsche Bank et Barclays notamment se trouvent dans le collimateur. Ces établissements sont accusés d'avoir favorisé des courtiers à haute fréquence aux dépens d'autres clients.

A l'instar de ceux-ci, Credit Suisse indique avoir reçu des demandes de «plusieurs autorités gouvernementales et régulatoires» concernant ces opérations et affirme coopérer, selon son rapport trimestriel publié jeudi.

Depuis le krach éclair de Wall Street en mai 2010, pour lequel il avait été mis en cause, le courtage de haute fréquence, qui permet à des robots d'échanger des actions instantanément, est sous haute surveillance des autorités. La pratique n'est toutefois pas illégale.

Les «dark pools» sont des places de marchés opaques où les transactions s'effectuent de gré à gré. Elles jouent un rôle important dans les transactions financières, les intervenants y jouissant d'un bien plus grand anonymat que sur les places de marché classiques. Les grandes institutions financières en sont d'importantes utilisatrices.

(ats)