Suisse

26 juin 2018 12:43; Act: 26.06.2018 12:49 Print

Criminalité: la place financière peut faire plus

Les approches de surveillance actuelles des risques, des clients et des transactions sont jugées insuffisantes pour les défis d'aujourd'hui.

storybild

Les banques peinent encore à détecter la criminalité. (Photo: Keystone)

Une faute?

De nombreux défis attendent la place financière suisse face au crime organisé, au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme, compte tenu de son importance internationale. Les clients, les médias et les autorités sont encore souvent à la base de la détection d'activités et de transactions financières criminelles, selon KPMG.

Les approches de surveillance actuelles des risques, des clients et des transactions sont insuffisantes pour les défis d'aujourd'hui, estime mardi le cabinet d'audit et de conseil en marge de la publication de son étude «Clarté sur la criminalité financière dans le secteur bancaire».

Ainsi, seuls 12% des délits financiers sont identifiés par les systèmes de surveillance existants. Pour 11% des intermédiaires financiers, l'une des principales difficultés rencontrées au cours des deux dernières années venait du nombre trop important de résultats positifs erronés dans les systèmes de surveillance.

«Les banques doivent reconnaître le besoin d'amélioration», estime Philipp Rickert, responsable des services financiers chez KPMG, cité dans l'étude. La recherche de moyens de collaborer avec les autres établissements ainsi qu'avec les autorités doit permettre de protéger la réputation et la santé de la place financière helvétique, souligne-t-il.

La réglementation ne fait que réagir

Dans 15% des cas criminels décelés, les instituts financiers concernés ont été informés d'abus ou d'activités suspectes par leurs clients. Les médias étaient responsables de clarifications ou de la détection d'un délit dans 13% des cas. Et dans plus d'un cas sur dix (11%), ce sont les autorités qui étaient impliquées dans une investigation.

Les banques peuvent progresser en matière de prévention et d'identification des activités financières criminelles. Une tâche néanmoins pas forcément évidente, alors que «les nouvelles technologies et les monnaies numériques font le jeu des criminels et que les flux d'argent transfrontaliers sont de plus en plus difficiles à retracer», selon KMPG.

La réglementation «ne produit qu'un effet réactif, car elle est à la traîne de l'évolution technologique», notent les auteurs de l'étude. Ils observent aussi que quelques banques présentent des déficits concernant leur approche des risques et leurs infrastructures informatiques.

Si 40% des banques ont investi dans du personnel supplémentaire et 38% dans l'infrastructure informatique, près de la moitié des intermédiaires financiers interrogés souhaitent toutefois d'autres investissements dans ces domaines.

Preuve que «les investissements réalisés n'aboutissent pas au résultat escompté», estime KPMG, qui conseille plutôt de se tourner vers le soutien technique et le renforcement du personnel en faisant appel à un savoir-faire externe.

Besoin d'une culture de «compliance»

La lutte contre la criminalité financière pourrait ainsi également être améliorée au moyen de l'intelligence artificielle des programmes de «compliance» (conformité). De plus, à l'interne, une solide culture de conformité et un «ton adéquat de la direction» sont essentiels et doivent être accompagnés de sanctions effectives contre les collaborateurs qui enfreignent les directives. «Laisser impunis les collaborateurs qui ne se conforment pas aux règles sape la culture de compliance d'une entreprise», souligne KPMG.

Enfin, la qualité des déclarations au Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) peut être augmentée. Si le nombre de communications s'est nettement accru entre 2016 et 2017, la qualité ne s'est guère améliorée, ce qui constitue un risque, avertit KPMG.

L'étude a été menée auprès d'une cinquantaine de banques suisses. Elles ont été interrogées notamment sur les enjeux dans la lutte contre le crime organisé et le blanchiment d'argent, ainsi que des conditions cadres réglementaires.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 69 Bonzes le 26.06.2018 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aaah ils sont forts chez KPMG!

    Ils arrivent à détecter des délits non détectables... Nous citons: «...seuls 12% des délits financiers sont identifiés par les systèmes de surveillance existants.» Question: comment obtenir le chiffre de 12% si la totalité (= 100%) ne peut justement PAS être identifiée? Ils vont encore plus loin: ils disent qu'une très large quantité des délits détectés sont de faux positifs (sic)! C'est extraordinaire! Et de grandes entreprises utilisent KPMG pour faire leur audit financier! On croit rêver ...

  • Banquier le 26.06.2018 14:22 Report dénoncer ce commentaire

    Statut quo et à nous les bénéfs

    Pourquoi faire plus quand on peut s'en mettre plein les coffres sans rien faire? Toute mesure de contrôle coûte cher et réduit nos bénéfices!!!!

  • VFCLS le 27.06.2018 10:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Blabla

    Controlé aussi sont qui sont à lAi et vende montres de luxe et des voitures , et des fonctionnaires de lEtat au courant de ces magouilles et ne disent rien ... ça passe les milliers de francs en plus à la fin du mois . Ça paye les vacances , et après ont dénonce les autres assurés ?? Non , mais ... ont ce fout de qui la ... escroqueries à gogo ... pisseuses assises toute la journée, à parler mal des uns des autres , et attendre juste leur paye ...

Les derniers commentaires

  • VFCLS le 27.06.2018 10:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Blabla

    Controlé aussi sont qui sont à lAi et vende montres de luxe et des voitures , et des fonctionnaires de lEtat au courant de ces magouilles et ne disent rien ... ça passe les milliers de francs en plus à la fin du mois . Ça paye les vacances , et après ont dénonce les autres assurés ?? Non , mais ... ont ce fout de qui la ... escroqueries à gogo ... pisseuses assises toute la journée, à parler mal des uns des autres , et attendre juste leur paye ...

  • VFCLS le 27.06.2018 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tricheurs

    Contrôler les vendeurs de montres de luxes et de voitures , ou la majorité planqué sont fric dans des safes , dans des banques avec des noms demprunts, fraude des fonctionnaires dEtat , abus dassurés a lAi , qui travail en vendant des montres de luxe et des voitures , évidement non déclaré...

  • Marie le 26.06.2018 22:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On en parle?

    On peut aussi faire plus pour débusquer les fraudeurs des assurances sociales, ah mais non, les verts, les roses et les rouges sont absolument contre cette idée, pourtant elle permettrait déviter des pertes chiffrées en milliards...

    • VFCLS le 27.06.2018 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Les fraudeurs du fisc , qui on gagné de largent non déclaré (black) eux doivent être dénoncés et assumer leurs vole et ce mettre en règle et payer les impôts. Arrêter de taper sur ceux qui nont rien , alors regarde du côté de lAi , être à lAi et vendre des voitures ou de montres de luxe , non déclaré est illégal, illégal... vous comprenez ?

    • VFCLS le 27.06.2018 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @VFCLS

      Oui , je tape sur personne, jai constaté de mes yeux, moi-même je suis sans emploi , alors je sais à quelle point il est difícil de finir les mois .Mais je reste dans la légalité. Jai pas de problème si je gagne 100 ou 200 et les déclarer.Moi je ne supporte pas ceux qui acuse et eux mêmes font les délits ...enfin bref ...

    • VFCLS le 27.06.2018 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @VFCLS

      Je suis entièrement daccord avec vous .

    • Joseph le 27.06.2018 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      Et de ça on en parle?

      Ooohh Marie si tu savais les grossières bêtises que tu émets !! Pertes chiffrées en milliards... ? Tu tiens les comptes en tant que grand argentier du canton ou les milliards sortent de tes fantasmes ? Surement pas de ta poche en tout cas ! On pourrait débusquer les fraudeurs au FISC et aux impots, ah mais non tous les privilégiés de la société, tous les nanti, tous les escrocs en col blanc sont contre cette idée, pourtant elle permettrait d éviter des pertes chiffrées en millions de milliards de trilliards...

  • 69 Bonzes le 26.06.2018 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aaah ils sont forts chez KPMG!

    Ils arrivent à détecter des délits non détectables... Nous citons: «...seuls 12% des délits financiers sont identifiés par les systèmes de surveillance existants.» Question: comment obtenir le chiffre de 12% si la totalité (= 100%) ne peut justement PAS être identifiée? Ils vont encore plus loin: ils disent qu'une très large quantité des délits détectés sont de faux positifs (sic)! C'est extraordinaire! Et de grandes entreprises utilisent KPMG pour faire leur audit financier! On croit rêver ...

  • VFCLS le 26.06.2018 17:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Agogô

    Les gens qui ont de largent au black , non déclaré au fisc , qui joue les pauvres et qui bénéficie du système Suisse , comme laide aux subventions dassurance maladie et paye une misère dimpôts au Pays. Contrôler cet argent non déclaré, mis dans des safe avec des noms demprunt, ceux là font très mal à léconomie du Pays.

    • laboremus le 26.06.2018 17:57 Report dénoncer ce commentaire

      Secret pour criminels

      Il faut surtout pas supprimer le secret bancaire. Il protège tant de crapules et permet à tout une industrie de parasites de s'en mettre plein les poches.

    • Pensif12 le 27.06.2018 09:56 Report dénoncer ce commentaire

      L'art de tous amalgamer

      Vous confondez les petits tricheurs et la problématique relatée via cet article. L'article fait référence à des sujets qui gravitent dans les salons pas dans les bureaux du social.