Océans

14 février 2020 11:22; Act: 14.02.2020 11:50 Print

Des filets biodégradables contre les mers polluées

Une université veut réduire la durée de vie du matériel de pêche, qui représente 27% des déchets marins.

storybild

Les filets perdus dans les océans peuvent encore attraper des poissons durant des centaines dannées. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La «pêche fantôme» est un fléau pour les océans. Ses «conséquences pour l’environnement marin sont dévastatrices», expliquent des chercheurs de l’Université de Bretagne Sud. Ce phénomène est dû aux nombreux filets ou casiers perdus par les chalutiers qui continuent de capturer des poissons pendant très longtemps.

«Avec une durée de vie estimée à plusieurs centaines d’années, ces engins de pêche représentent 27% des déchets marins générant plus de 26'00  km de matériel perdu chaque année» dans la zone de la Manche, entre la France et l’Angleterre, relèvent les scientifiques.

Ils sont à la base du projet Indigo, qui vise à créer des objets biodégradables pour qu’ils aient moins d’impact sur l’environnement. «Dans une démarche globale de réduction des déchets, il est primordial d’adapter la durée de vie du matériau à son utilisation», soulignent-ils.

Tout l’enjeu est donc de réaliser un engin de pêche résistant pour une utilisation normale, mais à durée de vie contrôlée. Une application pour localiser les filets déjà perdus doit également être mise en place.

Ces filets et casiers perdus amputent le chiffre d’affaires des pêcheurs de plusieurs dizaines de millions d’euros chaque année. Fin 2019, le projet Indigo a obtenu un financement européen à hauteur de 2,9 millions d’euros, pour un budget total de 4,2 millions sur trois ans.

(afp)

Les commentaires les plus populaires

  • petit pinguin le 14.02.2020 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo!

    En voilà une bonne idée, enfin quelque chose de concret pour éviter que des milliers de poissons, dauphins, tortues et j'en passe ne meurent dans d'atroces souffrances dans ces filets perdus!

  • regex le 14.02.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    pas demain la veille

    Vu les prix absurdement élevés que vont être ces nouveaux filets, et vu que les pêcheurs braconniers vont d'abords épuiser leur stock de filets non biodégradables, il va se passer encore du temps avant que ces braconniers sans scrupule ni conscience en achètent.

  • Kikox le 14.02.2020 19:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Erreur...

    Ehhh 26'000 kilomètres ou 260?

Les derniers commentaires

  • Lady Fish&See le 15.02.2020 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un début

    Bien... mais le temps qu'un filet abandonné se dégrade, il aura quand même fait de nombreuses victimes... Ne pourrait-on pas fortement taxer (.. hahaha, à la Swiss quoi!) les filets ? Histoire que les pêcheurs n'aient pas envie d'en perdre le moindre cm ?

  • La Migration le 14.02.2020 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Suisse

    Bienvenue la pauvreté.

  • Kikox le 14.02.2020 19:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Erreur...

    Ehhh 26'000 kilomètres ou 260?

  • regex le 14.02.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    pas demain la veille

    Vu les prix absurdement élevés que vont être ces nouveaux filets, et vu que les pêcheurs braconniers vont d'abords épuiser leur stock de filets non biodégradables, il va se passer encore du temps avant que ces braconniers sans scrupule ni conscience en achètent.

  • petit pinguin le 14.02.2020 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo!

    En voilà une bonne idée, enfin quelque chose de concret pour éviter que des milliers de poissons, dauphins, tortues et j'en passe ne meurent dans d'atroces souffrances dans ces filets perdus!