Japon

27 juin 2019 07:06; Act: 08.08.2019 11:39 Print

La tornade Trump se rend à un G20 qui sera tendu

Au sommet du G20 à Osaka, le président américain doit notamment rencontrer les présidents russe et chinois et le premier ministre indien.

storybild

Le président américain a donné le ton avant sa rencontre avec Modi. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président chinois, Xi Jinping, est arrivé jeudi à Osaka à la veille d'un G20 de toutes les divisions, dont il partagera la vedette avec un Donald Trump décidé à en découdre sur tous les fronts.

La rencontre des deux hommes, prévue samedi, s'annonce comme le grand moment d'un sommet tumultueux, entre différends commerciaux, accrochages autour de l'Iran et frictions sur le climat.

Les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt premières économies mondiales, comptant pour 85% environ de la richesse annuelle mondiale, se retrouvent vendredi et samedi dans cette ville de près de 3 millions d'habitants, deuxième poumon économique du Japon.

Une trêve sino-américaine?

Au-delà du programme officiel et de la rédaction d'un communiqué commun, «particulièrement difficile cette année» à croire une source allemande, ce sont les rencontres bilatérales, et en particulier celles prévues par le président américain, qui donneront le ton de ce G20.

En jeu, dans celle de Xi Jinping et Donald Trump, la guerre commerciale et technologique que se livrent les deux pays. Les Etats-Unis menacent d'imposer des droits de douane punitifs sur la totalité de leurs importations de Chine.

Le locataire de la Maison-Blanche aborde la rencontre avec son habituel ton bravache: «L'économie de la Chine s'effondre, ils veulent un accord», a-t-il affirmé dans un entretien mercredi avec la chaîne Fox Business News.

Rien n'est jamais sûr avec le milliardaire républicain, et encore moins depuis qu'il est parti, plus remonté que jamais, en campagne pour sa réélection. Cependant la majorité des experts table sur une trêve sino-américaine.

«Mini-accord»

David Dollar, du centre de réflexion Brookings Institution, croit possible un «mini-accord», les Etats-Unis temporisant sur les taxes et peut-être lâchant du lest à propos du géant technologique chinois Huawei, leur bête noire. Et Pékin reprenant ses achats auprès des agriculteurs américains en signe de bonne volonté.

Soit un répit de quelques mois «qui pourrait finir en déception parce que les deux parties semblent bien éloignées l'une de l'autre», avertit-il néanmoins.

Naoyuki Yoshino, patron de l'Asian Development Bank Institute (ADBI), espère, lui, que les deux présidents «apaiseront les peurs» de marchés financiers particulièrement fébriles, sur fond d'essoufflement de la croissance mondiale.

Taxes douanières «inacceptables»

Au-delà de la Chine, Donald Trump semble décidé à n'épargner aucun de ses interlocuteurs du G20 ou presque, à en juger par ses récentes et fracassantes déclarations.

Depuis son avion Air Force One, il s'en est par exemple pris jeudi aux taxes douanières «inacceptables» imposées selon lui par l'Inde. Voilà le premier ministre indien, Narendra Modi, avec qui il a prévu une rencontre bilatérale à Osaka, prévenu.

Donald Trump a aussi qualifié mercredi l'Allemagne de «partenaire défaillant» qui profiterait de la protection militaire américaine à bon compte. La chancelière Angela Merkel, aussi au programme des tête-à-tête du président américain, appréciera.

«Tous les pays du monde profitent énormément des Etats-Unis. C'est incroyable!» a tempêté le président américain, qui s'est fait une spécialité de bousculer les grandes rencontres internationales.

Tensions avec l'Iran au menu

Mais pas de tweet ou de commentaire rageur en revanche jusqu'ici contre Vladimir Poutine, avec qui Donald Trump doit également s'entretenir à Osaka. Washington et Moscou sont des protagonistes de premier plan dans les tensions autour de l'Iran.

Donald Trump multiplie les sanctions et avertissements contre Téhéran, accusé de poursuivre sa course à l'arme atomique et d'envenimer tous les conflits au Moyen-Orient.

Le président américain évoque désormais une guerre qui «ne durerait pas longtemps» contre l'Iran. La Russie cherche jusqu'ici, comme la Chine et les Européens, à calmer le jeu.

Problèmes climatiques de la partie

Dans un climat ainsi chauffé à blanc, le Japon, pays hôte du G20, s'efforcera malgré tout de rassembler toutes les signatures sous le communiqué final du sommet.

Ce document négocié à la virgule près vaut surtout pour le signal diplomatique qu'il envoie, défendant traditionnellement le libre-échange et la réduction des gaz à effet de serre. Autant de lignes rouges pour un président américain protectionniste et grand pourfendeur de l'Accord de Paris sur le climat.

«Si, pour se mettre d'accord dans une salle à 20, on n'est pas capable de défendre l'ambition climatique, ce sera sans la France. C'est simple!» a déjà averti le président français, Emmanuel Macron, en visite officielle au Japon avant le G20.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hulot le 27.06.2019 08:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marre de l'oncle Sam!

    Il serait temps que tous les pays forment une alliance pour contrer l'hégémonisme des USA!

  • stop mondialisation le 27.06.2019 07:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    eh oui

    Chacun son tour, Donald... Faut juste stopper cette mondialisation délétère qui n'enrichit que quelques uns

  • Jules C. le 27.06.2019 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme d'habitude

    Ils vont se serrer la pince, faire de belles photos, ne rien conclure et de retour à la maison, copieusement s'insulter et se menacer à coup de Twitter et de porte parole.

Les derniers commentaires

  • kronic le 27.06.2019 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    sacré bonhomme quand même

    il faut quand même avouer que ce président est unique en son genre, on a beau le critiquer, lui il est claire et défends les intérêts de son pays en tout cas il fait ce qu'il pense être juste, je suis pas un grand fan mais bon, on peut pas le traiter de fou ou d'abruti ou de je ne sais quoi

  • gnam gnam le 27.06.2019 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un homme à poigne

    Cette fois Macron à dit qu'il ne laissera rien passé. Il va dire les quatre vérité et Trump commence déjà à trembler.

  • Brace Forimpact le 27.06.2019 13:12 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas tout melanger

    L'economie des USA a ete laminee par la globalisation. Les chiffres economiques de la FED ne refletent pas la realite. La situation sur le terrain est explosive. Trump est protectionniste et s'oppose a la globalisation.

    • Cestunchoix le 27.06.2019 17:27 Report dénoncer ce commentaire

      Prendre ses responsabilités

      Pas par la globalisation mais par leur propre interprétation du capitalisme sauvage qui a un effet retour...

  • théodule le 27.06.2019 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    julot

    Peut-être une tornade,mais lui au moins se mouille et avance ,ou pas, tandis que Président Macron, qui,lui,A SIGNE l'accord de Paris,pour le moment ,n'a AUCUNE mesure CONCRETE ,que se soit sur l'éolien,solaire,méthanisation.Au contraire,décalage entre ses discours et la réalité du constat climatique par la suppression des aides ,par exemple, n'a fait AUCUNE action contre l'huile de palme utilisée pour les biocarburants(gaz à effet de serre,menaces sur la biodiversité et les sols en contribuant à la déforestation.

  • Muriel le 27.06.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ça va pas !!!!!!

    Jespère que les pays auront la décence de faire face a cet personnage, a la place de se mettre un quatre, parce que la Suisse et "ces banques" obéissent a Trump aux doit et a loie, et c'est très fort et une honte pour un pays neutre comme le notre.