UE

07 novembre 2018 09:13; Act: 07.11.2018 09:13 Print

Détecteurs de mensonges testés dans des aéroports

«Vous n'avez rien à cacher au douanier robot?» L'Union européenne va tester une nouvelle technologie pour accélérer les formalités aux douanes.

storybild

L'intelligence artificielle va être testée pour accélérer les contrôles aux frontières extérieures de l'UE. (Photo: AFP)

Une faute?

Plus de 700 millions de personnes entrent chaque année dans l’UE. Pour accélérer les formalités et «aider les douaniers à empêcher l’immigration illégale et à lutter contre la criminalité et le terrorisme», Bruxelles vient d’annoncer le test d’une nouvelle technologie en Hongrie, en Grèce et en Lettonie, dont le coût atteint 5,2 millions de francs.

Les passagers devront au préalable télécharger des photos de leur passeport, de leur visa et d’une preuve qu’ils détiennent suffisamment de fonds. Ils répondront ensuite à des questions face à une webcam qui scrutera toutes les «micro-­expressions» qui pourraient les trahir. S’ils passent le test, ils seront dirigés vers un douanier en chair et en os qui validera leur entrée rapidement. En cas de doute, ils subiront des contrôles plus approfondis. Le visage sera automatiquement comparé avec la photo du passeport et le système scannera les empreintes digitales ainsi que les veines de la main.

Mais cette technologie basée sur l’intelligence artificielle est encore en rodage. Elle n’aurait été testée à ce jour que sur 32 personnes, relève CNN, qui indique que ses concepteurs visent un taux de succès de 85%. Mais selon plusieurs études récentes citées par la chaîne d’information, ces techniques auraient pour l’instant un biais pénalisant les femmes et les personnes à la peau sombre.

Le marché de la sécurité aux frontières de l’UE est en plein essor, notamment en raison de la menace terroriste, et devrait atteindre 146 milliards de francs en 2020.

(reg)