Scandale 1MDB

11 juillet 2019 06:42; Act: 11.07.2019 07:13 Print

Deutsche Bank dans le viseur de la justice US

Le département de la Justice veut savoir si la banque allemande a enfreint les lois américaines en matière de blanchiment d'argent.

storybild

Image d'illustration. (Photo: AFP)

Une faute?

La justice américaine a étendu son enquête dans le retentissant scandale 1MDB à Deutsche Bank, en pleine restructuration, a rapporté mercredi le «Wall Street journal» citant des sources anonymes.

Le département de la Justice (DoJ) essaie de déterminer si la banque allemande a enfreint les lois américaines en matière de blanchiment d'argent. Le ministère s'intéresse notamment au rôle de Deutsche Bank dans une levée de fonds de 1,2 milliard de dollars en 2014, selon le «Wall Street journal». Les enquêteurs s'interrogent sur la gestion de ces fonds.

Deutsche Bank est la deuxième grande banque occidentale impliquée dans ce scandale. Jusqu'ici les investigations avaient tourné autour de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, accusée d'avoir organisé deux émissions obligataires d'un montant total de plus de 6,5 milliards de dollars contre près de 600 millions de commissions en retour. La firme a rejeté la faute sur certains de ses salariés de sa filiale asiatique.

Mauvais moment

C'est Tim Leissner, ancien dirigeant de Goldman Sachs en Asie, mis en cause dans cette affaire, qui aurait mis les enquêteurs sur la piste de Deutsche Bank, affirme le «Wall Street Journal». Tim Leissner, licencié depuis par Goldman Sachs, coopère avec les enquêteurs. Il a reconnu les faits qui lui étaient reprochés et plaidé coupable dans l'espoir d'obtenir la clémence des autorités.

«Deutsche Bank coopère avec tous les régulateurs et autorités judiciaires qui enquêtent sur 1MDB», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la banque. Comme c'est écrit dans des documents judiciaires communiqués par le département de la Justice, 1MDB a fait des «déclarations erronées et omis de dire des choses à des dirigeants de Deutsche Bank par rapport à des transactions effectuées avec la banque. Ceci est conforme à ce que la firme a elle-même déterminé dans cette affaire», a-t-il ajouté.

Cette enquête des autorités américaines tombe au mauvais moment pour Deutsche Bank, qui a annoncé en début de semaine une restructuration comprenant la suppression de 18'000 emplois. L'établissement allemand n'est jamais parvenu à concurrencer ses rivaux de Wall Street, dont la prépondérance dans le courtage et les conseils aux entreprises notamment en fusions-acquisitions n'a cessé de croître depuis la crise financière.

(nxp/afp)