Berne

24 juillet 2014 10:30; Act: 24.07.2014 11:18 Print

Développement humain: la Suisse au 3e rang

La Suisse est à la troisième place du développement humain, selon le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), publié jeudi.

Une faute?

En ce qui concerne le développement humain, la Suisse occupe la troisième place mondiale. La Norvège et l'Australie la précèdent. Les Pays-Bas et les Etats-Unis occupent le quatrième et cinquième rang, selon le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Suivent l'Allemagne, la Nouvelle-Zélande, le Canada, Singapour et le Danemark. A l'autre extrémité du classement de l'indice du développement humain (IDH), la Sierra Leone, le Tchad, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Niger ferment la marche.

De manière globale, les niveaux de développement humain continuent d'augmenter, mais à un rythme irrégulier dans toutes les régions. Les progrès restent très inégaux, selon le rapport.

Le PNUD note un ralentissement des progrès dans toutes les régions entre 2008 et 2013 par rapport à la période 2000-2008. Dans les Etats arabes, dans la région Asie-Pacifique, en Amérique latine et dans les Caraïbes, le taux de croissance annuel moyen de l'IDH a diminué de près de moitié si l'on compare ces deux périodes.

La baisse la plus nette des valeurs de l'IDH concerne la République centrafricaine, la Libye et la Syrie, pays dans lesquels les conflits ont contribué à une baisse des revenus.

Autres indices

Le PNUD calcule aussi un indice de développement lié aux inégalités. La Norvège, la Finlande et la République tchèque affichent les niveaux d'inégalité les plus bas.

L'Indice d'inégalité de genre (IIG) est globalement en baisse. Toutefois, en dépit des améliorations en matière de santé et des progrès continus en termes d'éducation et de représentation parlementaire, l'autonomisation des femmes accuse du retard. La Slovénie est le pays le mieux coté, tandis que c'est au Yémen que l'on trouve les inégalités de genre les plus élevées.

L'Indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) révèle que la pauvreté diminue globalement, mais qu'un grand nombre d'individus (environ 1,5 milliard dans les 91 pays en développement à l'étude) vivent toujours dans une pauvreté multidimensionnelle. Près de 800 millions de personnes risquent de basculer dans la pauvreté en cas de crise financière, naturelle ou autre, avertit le PNUD.

(ats)