Wall Street

02 juillet 2014 23:25; Act: 02.07.2014 23:28 Print

Dow Jones et S&P battent de nouveaux records

La Bourse de New York a emmené les indices Dow Jones et S&P 500 à des sommets jamais atteints auparavant mercredi.

storybild

(Photo: Keystone/AP/Richard Drew)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a grappillé 0,12% ou 20,17 points à 16.976,24 points, et le S&P 500 a grignoté 0,07% ou 1,30 point à 1.974,62 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a quant à lui cédé 0,02% ou 0,92 point à 4.457,73 points.

Après un élan d'enthousiasme mardi, les courtiers ont fait preuve de beaucoup plus de sobriété mercredi, les indices évoluant près de l'équilibre tout au long de la séance.

«Les investisseurs regardent le Dow Jones s'approcher du seuil symbolique des 17.000 points et le S&P 500 frôler la barre des 2.000 points», a commenté Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. «Ce sont des niveaux uniquement psychologiques, mais ça amène les acteurs du marché à redouter de passer à côté d'un mouvement de hausse», a-t-il ajouté.

Mais en même temps la retenue prévalait à la veille du très attendu rapport mensuel officiel sur l'emploi aux Etats-Unis.

La société de services informatiques ADP a fait part mercredi de chiffres de bon augure avec la création de quelque 281'000 emplois dans le secteur privé dans le pays en juin, alors que les analystes tablaient sur une hausse plus limitée à 200'000.

«Il ne faut pas oublier qu'ADP est connu pour induire en erreur le marché» avant la publication des données officielles, a souligné Jennifer Lee de BMO Capital Markets en rappelant les fortes différences qui existent parfois entre les chiffres du gouvernement et ceux de la société.

Cela dit, les bonnes statistiques diffusées par ADP font suite à une série de nouvelles encourageantes concernant la croissance américaine en juin, qu'il s'agisse des ventes de voitures, les plus importantes depuis 2006, ou d'une activité manufacturière proche de son plus haut en six mois.

De plus, les chiffres d'ADP «étaient tellement solides que certains acteurs du marché craignent que cela n'incite la Fed à relever plus tôt que prévu ses taux d'intérêt», a souligné Christopher Low de FTN Financial.

La perspective d'un relèvement de ces taux, actuellement proches de zéro, par la banque centrale américaine fait frémir les opérateurs, qui redoutent un tarissement de l'afflux de liquidités sur le marché.

D'ailleurs, «les taux sur le marché obligataire ont nettement augmenté, signe que cette possibilité est vraiment prise en compte», a ajouté l'économiste.

Le marché obligataire a de fait nettement reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a grimpé à 2,628% contre 2,558% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,466% contre 3,388% la veille.

(afp)