Etude

22 octobre 2019 10:42; Act: 22.10.2019 11:30 Print

Les atouts des e-commerçants suisses

Livraison gratuite, suivi des envois ou annonce de la livraison, les commerçants en ligne helvétiques s'organisent face à la concurrence.

storybild

Les gestionnaires de boutiques en ligne suisses utilisent Digitec ou Galaxus pour générer des ventes supplémentaires.

Sur ce sujet
Une faute?

Face à la forte concurrence de l'étranger, les commerçants en ligne suisses doivent se distinguer par des services additionnels. Ainsi, ils résistent à d'autres prestataires étrangers toujours plus influents, à l'instar d'Aliexpress, selon une étude conjointe de la Haute École d'économie de Zurich (HWZ) et de l'École de management et de droit ZHAW.

Les e-commerçants helvétiques sont de plus en plus nombreux à proposer la livraison gratuite, 54% en 2019, contre 51% un an plus tôt, ainsi que les retours gratuits (28% au lieu de 25%). En outre, ils offrent souvent des services additionnels, comme le suivi des envois (48%) ou l'annonce du moment de la livraison (34%), qui sont très appréciés des clients, avec 76 et 74% d'entre eux considérant ces services comme «très importants», précise l'étude.

Les gestionnaires de boutiques en ligne sont assez nombreux (35%) à utiliser des places de marché en sus à l'instar de Digitec ou Galaxus pour générer des ventes supplémentaires. Cette plateforme a grappillé des parts de marché suite à la faillite de Siroop l'année dernière (37%, contre 34% précédemment).

L'utilisation de ces plateformes permets de faciliter des ventes à l'étranger pour 33% des répondants. En outre, d'autres débouchés comme Facebook Marketplace ou Google Shopping entrent de plus en plus en ligne de compte.

«Les commerçants sont de plus en plus nombreux à utiliser des messageries telles que WhatsApp pour vendre», a expliqué l'auteur de l'étude Darius Zumstein. Les e-boutiques suisses sont également friandes des «journées shopping», comme le Black Friday.

Nombreux freins aux exportations

Au total, 74% des e-boutiques suisses ne vendent que dans leur pays, car les barrières à l'exportation sont élevées. Les frais de douanes, les envois à l'étranger et la logistique sont considérés comme des freins de taille, d'autant plus que les coûts de stockage et de salaires sont élevés en Suisse.

Du côté des consommateurs, les plateformes comme Ricardo (80%), Amazon (76%) et Digitec Galaxus (67%) restent plus appréciées que les vendeurs chinois Wish (40%) ou AliExpress (35%), qui gagnent toutefois en popularité d'années en années.

Les achats se font de plus en plus via un smartphone, les transactions sur ce type d'appareils représentant désormais 23%, contre 6% en 2016. Offrir des nouvelles solutions de paiement, comme Twint, devient par conséquent un atout.

Les résultats sont fondés sur les réponses à un sondage et l'étude a été commandée par la Poste suisse, précise le communiqué.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Skblllz le 22.10.2019 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On parle des livres et revues ?

    Pourquoi un livre en France coûte 15 et en suisse 49.- frs ?? Les revues, 1,80 en France, 8,50.- frs, je ne suis pas prêt d'acheter mes livres en suisse, ça c'est sur, en plus Payot te promet la livraison dans un délai de 4 à 6 semaines...une vraie farce

  • Jules Dupiston garagiste à Fontaney le 22.10.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    bientôt la retraite.

    un achat à l'étranger sur internet est une place de travail qui déparait à plus ou moins long terme en suisse. Heureusement mon avenir professionnel est derrière moi et si il m'arrive de faire des achats en ligne, ce n'est pas par économie, mais je suis contrains de le faire, les commerces avec qui je travaillais ont fermé boutique, bouffé par les grandes enseignes ou les vendeurs de rabais.

  • Didier L. le 22.10.2019 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poste

    Et la poste suisse bloque les paquets arrivant de Chine ou ailleurs pendant des semaines...

Les derniers commentaires

  • Didier L. le 22.10.2019 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poste

    Et la poste suisse bloque les paquets arrivant de Chine ou ailleurs pendant des semaines...

  • Skblllz le 22.10.2019 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On parle des livres et revues ?

    Pourquoi un livre en France coûte 15 et en suisse 49.- frs ?? Les revues, 1,80 en France, 8,50.- frs, je ne suis pas prêt d'acheter mes livres en suisse, ça c'est sur, en plus Payot te promet la livraison dans un délai de 4 à 6 semaines...une vraie farce

    • mrmr le 22.10.2019 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Skblllz

      En effet ! Et Amazon... en une semaine c est dans la boîte avec le meilleur prix possible !!!

    • Amazon... le 22.10.2019 18:27 Report dénoncer ce commentaire

      @mrmr

      Ne pas oublier les frais de livraisons

    • mrmr le 22.10.2019 21:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Amazon...

      Oui et... c est gratuit dès 25 euros (y compris avec des DVD/Bluray/CD/Jeux vidéos) ou sinon c est 3.49 euros. Evidemment ce n est pas en commandant qu un petit roman poche à 6 euros que l on est gagnant mais ce n est aussi pas là que les prix suisses sont surfaits en les vendant 3x/4x plus cher qu en France... En Suisse aussi les petites commandes internet sont souvent taxées d un supplément ! On ne peut pas tout avoir ;)

    • Helloworld le 23.10.2019 11:02 Report dénoncer ce commentaire

      @skblllz

      Peut-être parce que les exportateur Français se font plus de marge sur le dos des suisses. Si vous allez en kiosque, c'est écrit sur les magazines le prix fixé par l'éditeur dans les pays francophones.

  • Franklin pompiste onex le 22.10.2019 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'aime le 20 minutes

    Bientôt 20 payent comme la TDG et Matin. Après c'est le désastre pour les experts tout genre romandes surtout les GiNiVois

  • Jules Dupiston garagiste à Fontaney le 22.10.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    bientôt la retraite.

    un achat à l'étranger sur internet est une place de travail qui déparait à plus ou moins long terme en suisse. Heureusement mon avenir professionnel est derrière moi et si il m'arrive de faire des achats en ligne, ce n'est pas par économie, mais je suis contrains de le faire, les commerces avec qui je travaillais ont fermé boutique, bouffé par les grandes enseignes ou les vendeurs de rabais.

    • Waikiki le 22.10.2019 15:59 Report dénoncer ce commentaire

      Et en même temps...

      Un résident étranger qui prend la place d'un résident du pays pour un emploi dans un de nos beaux cantons, c'est un Suisse qui n'a plus les moyens de payer un certain prix pour ses produits, et à le temps pour commander à l'étranger, souvent très loin, d'autant plus qu'il n'est pas trop pressé. Et oui, la libre circulation est dans les 2 sens !

  • Benoît le 22.10.2019 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas à se plaindre

    On a pas à se plaindre de l'e-commerce en Suisse, dans l'électronique pas mal de produits moins chère qu'en France, livraison le lendemain, avec digitec et le magasin physique, l'après-vente est top.

    • Waikiki le 22.10.2019 16:04 Report dénoncer ce commentaire

      Presque

      Anecdote : le besoin d'un chargeur USB QC3.0. Je vais en shop physique spécialisé "C'est quoi ça ?" me dit-on, alors je vais sur internet, et la Chine est juste 2 à 4x moins cher que la Suisse pour les mêmes précisions techniques, et souvent pour des produits totalement similaires. Alors si on est pas pressé.... Sinon pour les produits dit "de marque" je suis en accord avec votre commentaire.

    • Hein le 22.10.2019 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Waikiki

      Shop physique ? Je suis vieux jeu... de mon temps on appelait cela bêtement, un magasin...