Suisse

22 juillet 2014 08:03; Act: 22.07.2014 15:02 Print

Exportations et importations en hausse

Le commerce extérieur de la Suisse a progressé au 1er semestre 2014 dans les deux sens du trafic.

Une faute?

Alors que les exportations ont crû de 2,7% au regard de la période correspondante de l'an passé à 102,85 milliards de francs, les importations ont augmenté de 1% à 89 milliards.

La balance commerciale a ainsi bouclé la période sous revue avec un excédent record de 13,8 milliards de francs, en hausse de 1,8 milliard sur un an, précise mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Sur le seul mois de juin, les exportations ont crû de 1,2% à 16,9 milliards de francs, alors que les importations se sont envolées de 10,5% à 15,5 milliards.

Le bond des importations en juin revient aux seuls médicaments dont la demande a gonflé de plus de moitié à 3,4 milliards de francs. Côté exportations, sept des dix branches principales ont gagné du terrain au cours des six premiers mois.

La palme est revenue à la bijouterie et joaillerie, dont les envois à l'étranger se sont envolés de 9,9%. L'AFD minimise toutefois le bond, celui-ci revenant exclusivement à l'effet prix ( 24%). En considérant l'ensemble des marchandises exportées, les prix ont baissé de 0,2% en termes nominaux, alors qu'en termes réels, soit compte tenu de l'inflation, ils ont renchéri de 2,9%.

Hausses pour l'horlogerie et les machines

Parmi les autres secteurs, l'industrie de matières plastiques a vu ses livraisons gagner 4%, tout comme la chimie-pharmacie, première branche exportatrice helvétique. Dans cette dernière, les produits immunologiques ont affiché des envois en expansion de 9% et les principes actifs de 7%. En revanche, une chute de 11% a été observée du côté des colorants.

L'horlogerie a quant à elle enregistré une progression de ses livraisons de 3%, à l'image de la métallurgie. L'AFD note en particulier la croissance des segments outillages et moules, alors les activités dans l'acier et le fer ont fléchi. Dans leur ensemble, les exportations de l'industrie des machines et de l'électronique ont augmenté de 1%.

Dans le détail, la branche des machines a pu augmenter ses envois de 4%, alors que celle des équipements électriques et électroniques a essuyé un recul de 4%. Les machines motrices, textiles ainsi que les appareils utilisant la technique du chaud et du froid sont sortis du lot.

Conséquence du repli des livraisons de café (-3%), lui-même lié essentiellement au haut niveau atteint il y a un an (effet de base), l'industrie des denrées alimentaires, boissons et tabacs a stagné. Des baisses de respectivement 2 et 4% ont été observées pour les envois d'instruments de précision et ceux de l'industrie du papier et des arts graphiques.

Repli en Amérique latine

Sous l'angle géographique, les exportations suisses ont gagné du terrain sur tous les continents, Amérique latine et Océanie exceptées. Les envois vers le Brésil se sont tassés de 13% et ceux vers l'Australie de 5%.

Les livraisons à destination de l'Afrique se sont en revanche étoffées de 8% et celles pour l'Amérique du Nord de 4%, à la faveur du dynamisme des Etats-Unis ( 5%). En Europe, les exportations ont crû de 3%, avec une progression de 3% pour l'Union européenne (UE).

Les marchés irlandais ( 36%), du Royaume-Uni ( 19%), belge ( 8%), espagnol ( 6%) et français ( 4%) ont particulièrement soutenu l'expansion. En revanche, des régressions respectives de 4 et 7% ont été enregistrées en Italie et aux Pays-Bas.

Les exportations vers l'Asie ont gagné 2%, avec notamment des progressions de 13% en Chine, de 8% au Japon et à Hong Kong et de 7% dans les Emirats arabes unis. L'Inde a par contre perdu un quart et Singapour 11%.

Importations de médicaments

En matière d'importations, l'augmentation a essentiellement reposé sur les biens de consommation et d'équipements, alors que la demande en matières premières et demi-produits a stagné. Présentant sa 3e hausse consécutive, le groupe phare des médicaments a bondi de 16%.

Les importations de denrées alimentaires, boissons et tabacs ainsi que de voitures ont augmenté de 1%. En revanche, la bijouterie et la joaillerie ont subi une contraction de 44% en termes réels avec une hausse des prix de moitié.

En termes désaisonnalisés, les exportations se sont légèrement tassées au 2e trimestre (-0,6% ; réel -1,0%). Mais la tendance demeure à la hausse en raison des évolutions favorables des trois derniers trimestres. Les importations ont augmenté aussi bien en termes nominaux que réels.

(ats)