Economie

20 octobre 2019 00:09; Act: 20.10.2019 00:09 Print

FMI: rencontre bilatérale pour Maurer et Parmelin

Lors de leur passage à Washington, le président et le ministre de l'économie ont discuté, entre autres, de l'imposition de l'économie numérique et de la Libra.

storybild

Image d'archive. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le président de la Confédération Ueli Maurer et le ministre suisse de l'économie Guy Parmelin ont profité de leur présence à Washington pour mener de nombreux entretiens bilatéraux en marge de la réunion des institutions de Bretton Woods. Ils ont notamment présenté leur position concernant l'imposition de l'économie numérique et la nouvelle cryptomonnaie Libra.

Concernant l'imposition de l'économie numérique, la Suisse pousse pour une solution multilatérale qui prendrait aussi en compte les besoins des petits Etats créateurs de forte valeur ajoutée, a indiqué samedi soir le Département fédéral des finances (DFF).

L'introduction de cryptomonnaies laisse plusieurs questions ouvertes, par exemple, en relation avec la stabilité de la monnaie et le rôle des billets de banque. Ces questions, ainsi que la compatibilité de ces monnaies avec notamment la lutte contre le blanchiment d'argent, devraient être discutées avec d'autres pays.

Ueli Maurer a participé à la première réunion de la coalition des ministres des finances pour l'action climatique. Lancée au printemps dernier lors de la réunion de printemps du Fonds monétaire international (FMI) par le Chili et la Finlande, cette dernière compte plus de 40 Etats membres. Elle a pour but de faire coïncider l'orientation de la politique fiscale et des finances publiques avec les objectifs de l'accord de Paris sur le climat.

Bilan mitigé

Guy Parmelin avait tiré vendredi déjà un bilan modeste de sa visite à Washington, où il a notamment rencontré son homologue américain Wilbur Ross. Les autorités américaines sont, certes, intéressées à conclure un accord de libre-échange avec la Suisse, mais sont actuellement occupées avec d'autres priorités, a indiqué le chef du Département fédéral de l'économie (DFER).

Selon la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, tous les aspects qui doivent être couverts dans un accord de libre-échange ont été abordés lors de discussions exploratoires avec des représentants des Etats-Unis. «Nous avons clairement dit ce que nous pouvons faire. Il appartient maintenant aux représentants américains de nous donner une réponse», a-t-elle ajouté.

(nxp/ats)