Télécommunications

07 février 2019 12:10; Act: 07.02.2019 12:18 Print

Fusion Sunrise-UPC: Swisscom se veut serein

Le directeur général de Swisscom s'attend à ce qu'un éventuel mariage entre les deux rivaux renforce la concurrence d'une façon générale.

storybild

Le directeur général de Swisscom, Urs Schaeppi, voit d'une façon «positive» l'éventuelle fusion. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les tentatives de rapprochement en vue d'une fusion entre Sunrise et UPC Suisse ne constituent pas une surprise aux yeux de la direction de Swisscom. «La téléphonie mobile et le réseau fixe se développent de plus en plus de concert et les investissements sont élevés», a déclaré jeudi à Zurich le directeur général de l'opérateur historique Urs Schaeppi.

«Les conséquences sur le marché sont difficiles à évaluer», a-t-il dit. Mais il s'attend à ce qu'un éventuel mariage entre les deux rivaux renforce la concurrence d'une façon générale. Dans cette optique, Swisscom «est bien positionnée, avec une assise large», a estimé le patron. M. Schaeppi a précisé entrevoir d'une façon «positive» l'éventuelle fusion.

Urs Schaeppi n'a pas fourni de détail concernant les nouvelles coupes d'effectif prévues pour cette année. Il est difficile d'avancer un chiffre, a-t-il dit. L'an dernier, l'entreprise a supprimé 541 emplois plein temps en Suisse.

Le directeur général a tenu à préciser cependant que seuls 24 employés ont dû aller pointer au chômage. Les fluctuations naturelles et les retraites ont été nombreuses.

Pas de souci pour la 5G

La direction ne s'est guère étendue concernant l'appel d'offres en cours pour les fréquences 5G. Urs Schaeppi part de l'idée que les investissements actuels dans la fibre optique valent tout de même le coup. «La 5e génération mobile (5G) et internet vont cohabiter», anticipe-t-il. De nombreuses applications, comme la télévision, sont liées au web. Et ce dernier est mieux adapté à cet effet que les nouvelles fréquences de téléphonie mobile.

Les investisseurs, a encore assuré le CEO, ne doivent pas se faire de souci quant aux dépenses pour la 5G: celles-ci ne vont pas faire exploser les budgets. Lorsque les investissements pour les nouvelles fréquences seront effectifs, ceux consacrés au réseau à large bande seront plus ou moins finis, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, les affaires en Italie resteront importantes et continueront à croître. Le début d'année y a été favorable, malgré le renforcement de la concurrence, a conclu le directeur du groupe.

(nxp/ats)