Glencore au Canada

13 novembre 2019 17:44; Act: 13.11.2019 20:41 Print

Une fonderie ferme, 420 postes supprimés

Une fonderie du Nouveau-Brunswick va fermer définitivement, a annoncé le géant minier suisse Glencore. 420 emplois seront supprimés.

storybild

La siège de la société Glencore à Baar dans le canton de Zoug. (Photo: Keystone/archive)

Sur ce sujet
Une faute?

Le géant minier suisse Glencore a annoncé mercredi la fermeture d'une fonderie dans l'est du Canada, invoquant des opérations déficitaires, une décision qui va entraîner environ 420 suppressions d'emplois.

Cette annonce intervient six mois après le déclenchement d'une grève par les employés de cette fonderie, située dans le nord de la province du Nouveau-Brunswick.

La fonderie Brunswick fermera définitivement ses portes d'ici la fin de l'année, a indiqué Glencore dans un communiqué.

En activité depuis 1966, la fonderie «n'est plus rentable depuis la fermeture» d'une mine voisine de zinc et de plomb en 2013, selon Glencore.

Cette mine souterraine de zinc et plomb était exploitée par le groupe Xstrata, qui a fusionné en 2013 avec Glencore.

Une transition harmonieuse souhaitée

«Nous en sommes venus à l'inévitable conclusion que la fonderie n'est tout simplement pas viable, indépendamment du récent conflit de travail», a déclaré Chris Eskdale, responsable du secteur zinc et plomb de Glencore.

Les employés de la fonderie s'étaient mis en grève fin avril, revendiquant notamment «un milieu de travail sain et sécuritaire», selon leur syndicat.

Glencore assure que les employés touchés «seront traités avec équité et respect». Le groupe a notamment l'intention d'offrir «des prestations de retraite, des indemnités de départ et de l'aide au reclassement à tous ses employés» dans le cadre d'accords devant être négociés.

L'entreprise se dit «déterminée à rencontrer la direction du syndicat afin de discuter d'une transition harmonieuse vers la fermeture».

(nxp/ats)