Cimentier

30 juillet 2014 07:33; Act: 30.07.2014 11:58 Print

Holcim accuse des résultats en repli

Le cimentier saint-gallois Holcim, en cours de fusion avec son concurrent français Lafarge, inscrit des résultats en baisse au titre du premier semestre 2014. Son bénéfice net a fléchi de 14,9% à 485 millions de francs.

storybild

Holcim devrait fusionner avec Lafarge.

Sur ce sujet
Une faute?

Le cimentier saint-gallois Holcim, en cours de fusion avec son concurrent français Lafarge, a publié des résultats semestriels inférieurs aux attentes. Le groupe a pâti d'effets de change défavorables, ainsi que de coûts de restructuration et de fusion. Il s'attend, néanmoins, à une croissance et à une amélioration de la profitabilité en seconde partie d'année.

La firme a dégagé au premier semestre 2014 un bénéfice net en recul de 14,9% à 485 millions de francs. Le bénéfice brut d'exploitation (EBITDA) a fléchi de 10,6% à 1,627 milliard et le résultat opérationnel de 8% à 962 milllions, selon un rapport publié mercredi.

Holcim a souffert d'un effet de base défavorable, avec la réduction l'an dernier de sa participation dans Cement Australia qui avait dopé les résultats. Son programme d'économies ainsi que son plan de fusion avec Lafarge, avec des coûts estimés à 50-60 millions de francs cette année, ont également affecté la rentabilité.

Le chiffre d'affaires a quant à lui régressé de 6,1% à 9,06 milliards de francs, victime de turbulences monétaires notamment en Amérique latine, en Inde et en Indonésie. A taux de change constants, les ventes ont crû de 4,8%.

«La nette revalorisation du franc suisse contre quasiment toutes les devises a eu un effet important au premier semestre», a concédé le directeur général Bernard Fontana lors d'une conférence téléphonique. Les devises ont pesé à hauteur de 900 millions de francs sur les recettes. «Nous ne tablons pas sur de telles charges pour le reste de l'année», rassure-t-il.

Progression des volumes

En volume, en revanche, près de l'ensemble des produits affiche une embellie. Ainsi, les livraisons de ciment se sont étoffées de 2% à 700 millions de tonnes. La demande en Amérique du Nord, l'Afrique, le Proche-Orient et l'Europe, en particulier, s'est avérée dynamique. Les ventes d'agrégats ont, elles, augmenté de 0,2%.

Ces résultats se révèlent inférieurs aux prévisions des analystes consultés par l'agence financière AWP. Ces derniers anticipaient un bénéfice net de 522 millions de francs, un résultat EBITDA de 1,764 milliard et un chiffre d'affaires de 9,198 milliards. Du coup, le titre plongeait de 4,95% à 72,90 francs à la Bourse suisse, dans un marché en léger repli vers 11h30.

A propos de la fusion avec Lafarge, annoncée début avril, Holcim réitère la volonté des deux groupes d'achever l'opération au premier semestre de l'an prochain. Entre-temps, la société établie à Jona continue d'ajuster son portefeuille sur le Vieux Continent, en cédant des actifs au cimentier mexicain Cemex. En Espagne notamment, elle ambitionne de boucler la transaction d'ici à la fin de l'année.

Rappelons que Holcim et Lafarge ont publié, début juillet, leur première liste d'actifs dont ils entendent se délester pour obtenir le feu vert des autorités de la concurrence. Un processus obligatoire pour donner naissance à un colosse du béton qui pèsera 32 milliards d'euros (38,9 milliards de francs) de chiffre d'affaires (avant cessions) et comptera 130'000 salariés.

Prévisions confirmées

Avant le mariage, la direction confirme ses objectifs annuels. Elle table sur une hausse des volumes de ventes de ciment sur l'ensemble de ses marchés et d'une croissance organique de son résultat opérationnel, accompagné d'une amélioration de ses marges afférentes.

S'agissant de son excédent opérationnel, Holcim prévoit, dans le cadre de son programme d'économies, une progression de 1,5 milliard de francs entre 2011 et la fin de cette année. Il a déjà enregistré une hausse de 1,45 milliard jusqu'ici.

Se rapprochant ainsi des objectifs fixés, Bernard Fontana a indiqué que le groupe allait en définir de nouveaux pour l'an prochain. Les coûts fixes peuvent être encore réduits en Europe, a-t-il relevé.

(ats)