Pertes de 2 milliards

14 mai 2012 16:04; Act: 14.05.2012 16:13 Print

JPMorgan se sépare d'une dirigeante

Après la révélation d'une perte de courtage de 2 milliards de dollars, la banque JP Morgan a annoncé la démission d'Ina Drew, la directrice des investissements.

Sur ce sujet
Une faute?

La banque américaine JPMorgan Chase a confirmé lundi, quatre jours après la révélation d'une perte de courtage d'au moins 2 milliards de dollars, la démission d'Ina Drew, qui détenait le poste clé de directrice des investissements, annoncée dès dimanche par les médias américains.

La banque a annoncé par ailleurs la constitution d'une équipe de travail réunissant plusieurs cadres dirigeants afin de «tirer des enseignements et fixer les meilleures pratiques dans l'ensemble de la firme» à la suite de ces pertes.

«Ina Drew a été une partenaire formidable durant ses longues années dans la banque. Malgré nos pertes récentes, la vaste étendue des contributions d'Ina à notre entreprise ne doit pas être éclipsée par ces événements», a souligné le PDG de JPMorgan Chase Jamie Dimon, cité dans un communiqué.

«Lieutenant de confiance»

Mme Drew, 55 ans, a derrière elle une carrière de 30 ans chez JPMorgan Chase. Le «New York Times» avait indiqué dès dimanche que Mme Drew avait «présenté sa démission à de nombreuses reprises depuis que l'ampleur des pertes a commencé à devenir apparente fin avril, mais M. Dimon s'est abstenu jusqu'à maintenant de l'accepter».

Le quotidien ajoutait que le départ de ce «lieutenant de confiance» de M. Dimon marquait «un retournement de fortune spectaculaire pour l'une des femmes les plus puissantes de Wall Street.» Mme Drew est remplacée par Matt Zames, qui avait jusqu'à présent des responsabilités à la fois dans la banque d'investissement et dans l'activité de prêts hypothécaires.

Entreprise solide

En outre Mike Cavanagh, ancien directeur financier de JPMorgan et directeur général de l'activité de bons du Trésor, est chargé de diriger le groupe de travail qui aura pour tâche de «superviser et coordonner la réaction de toute la banque» suite à ces pertes massives.

«Il est important de se rappeler que notre entreprise est très solide et bien capitalisée», a souligné M. Dimon. «Nous gardons un bilan en béton et une capital solide qui nous permettent de résister à des revers comme celui là, nous tirerons des leçons de nos fautes et resterons concentrés sur nos clients qui comptent sur nous chaque jour», a-t-il conclu.

(ats)